Navigation – Plan du site

Impressions nouvelles

Depuis septembre 2001, les « Impressions nouvelles » ont repris leurs activités éditoriales, avec une maquette totalement repensée et plusieurs nouvelles collections, mais dans le même esprit de recherche et avec le même sens du style et de l’écriture qu’à leurs débuts. Dix volumes ont paru pendant l’automne 2001, dont les auteurs sont entre autres Sandrine Willems avec Les Petits dieux (un ensemble de onze romans-miniatures, dont quatre sont déjà parus) et Benoît Peeters avec notamment la réédition, 25 ans après, d’Omnibus, mais aussi des entretiens avec Alain Robbe-Grillet. Plus d’informations sur le site : <http://www.lespierides.com>. Courriel : i.n@free.fr
P.H.

Images

L’Imprimerie provinciale du Hainaut, sise à Charleroi et dépendant de l’institution du même nom, annonce une série de nouvelles parutions. Cela va de La Bande dessinée en Hainaut aux Libres pensées du dessinateur Serdu. Le dessin d’humour est encore servi par un album signé par Péji : De toutes les couleurs. L’histoire locale fait par ailleurs l’objet de soins attentifs : on édite ainsi en 2001, d’Achille Delattre, Alfred Defuisseaux, un homme, une période et de Louis Piérard, Les Trois Borains : Defuisseaux est mort en 1901, Delattre en 1951, ce sont des livres-anniversaires. La littérature de création n’est pas délaissée : trois recueils de nouvelles, de Franco Menozzi, de Denys-Louis Colaux et de Dominique Watrin, de la poésie avec des recueils de Pierre Coran (Le Fou du labyrinthe) et Philippe Hesmans (L’Amour n’est pas tout...). Et un roman, Le Noir d’Anvers, par André Tillieu. Rens. Imprimerie provinciale du Hainaut. Zone industrielle de Jumet, 4e rue. B-6040 Charleroi-Jumet.
P.H.

Poésie : feuilles d’acanthe

Les éditions de l’Acanthe ont petite collection d’ouvrages de poésie, intitulée « Quatorze ». D’une quarantaine de pages, ces minces recueils sont abrités sous une couverture rouge vif, et les 250 exemplaires des tirages initiaux se présentent dans une impression de bonne aloi. Parmi les trois dernières parutions, avec Claustrophobie de Pascal Feyaerts et Passages de la Bonne Graine de Marianne Kirsch (titre qui indique l’influence, semble-t-il, de l’œuvre de Henry Bauchau), épinglons spécialement Cherche maison avec jardin de Michèle Vilet, suite de poèmes en prose, ce sont en même temps des évocations autobiographiques, qui se lit avec un plaisir particulier et fait songer, par ses qualités de ton et d’images, aux Chignons de Geneviève Bergé, autre essai d’écrire, par la voie poétique, une intimité féminine tirée de l’enfance, mais tirée hors d’elle. Rens. Editions de l’Acanthe, 28, rue du Bois Blanc, B-7900 Leuze.
P.H.

Quelques adresses sur la toile

Le Guide des bibliothèques universitaires de la Communauté française peut être consulté sur le site : <http://www.ciuf.be>. On peut consulter le Répertoire des bibliothèques de Belgique à l’adresse : <http://bold.belnet.be/>. L’inventaire des bibliothèques et centres belges de documentation : <http://193.190.183.202/stis/Fsist.htm/>. La Bibliothèque royale de Belgique : <http://www.kbr.be> met en ligne aussi la Bibliographie de Belgique depuis 1999, c’est-à-dire les livres déposés au dépôt légal. (Source : Lectures, n° 119, mars-avril 2001, Centre de lecture publique de la Communauté française).
P.H.

Site bolognais

Le Centre d’études sur la littérature belge de langue française (CeSLeBeLF) de l’Université de Bologne a le grand plaisir de vous annoncer le lancement d’un nouveau site web : < http://www.lingue.unibo.it/centrobelga/index.htm>. Dans sa forme actuelle, il reflète le dynamisme du Centre et donne une image à la fois complète et précise de ses activités. On y trouve donc toutes les informations sur celui-ci mais aussi d’autres institutions, car des liens sur la littérature belge francophone y sont également accessibles. On y trouve aussi une section intitulée « Les écrivains », partie qui demeure en cours de développement.
Les chercheurs sont invités à y contribuer en signalant, par courriel à : soncini@lingue. unibo.it ou <annapno@lingue.unibo.it>, des hyperliens, des séminaires, des activités ou des publications intéressant le domaine des études belges. (Communiqué par Ana Pano).
P.H.

Le roman parlant

L’Age du roman parlant (1919-1939), le beau livre que Jérôme Meizoz a tiré de sa thèse de doctorat (Genève, Droz, 2001, 506 p.) ne concerne pas au premier chef la littérature belge. Mais les amateurs de littérature prolétarienne trouveront dans les pages consacrées à Henri Poulaille et au thème de l’authenticité quelques-unes des raisons de son intérêt pour Constant Malva. De manière plus générale, cette thèse dessine également un « creux » dont l’étude de la littérature belge n’a pas encore mesuré toute l’ampleur : celui du « déficit d’oralité » dont elle témoigne au moment où cette catégorie apparaît comme essentielle dans les débats sur le roman français.
P.A.

L’actrice

La thèse de doctorat de Sylvie Jouanny (L’Actrice et ses doubles, Figures et représentations de la femme de spectacle à la fin du XIXe siècle, Genève, Droz, 2002, 442 p.) consacre des pages intéressantes à Berthe Bady, actrice belge qui fit une brillante carrière parisienne, et à Bruges-la-morte de Georges Rodenbach, lu comme un moment important de la transformation du « roman de l’actrice ». La filiation de cet ouvrage avec La Faustin des Goncourt est bien mise en lumière.
P.A.

Corrections

Carmelo Virone, l’éditeur du Carnet et les Instants, me fait observer avec justesse que Textyles n° 20 contient au moins deux formulations malheureuses. D’une part, Le Carnet et les Instants constitue bien également une « revue exclusivement consacrée aux lettres francophones de Belgique », et, d’autre part, la bibliographie des parutions récentes qu’il publie complète très heureusement celles de Textyles et de l’Académie. Elle compte à peu près 6000 références à l’heure actuelle et elle est gratuitement mise à disposition du public. Dont acte.
P.A.

Fondation internationale Michel de Ghelderode

Active depuis 1980, la Fondation internationale Michel de Ghelderode a publié en 2000 un inventaire complet de ses collections (Inventaire du patrimoine de la Fondation internationale Michel de Ghelderode, Bruxelles, 2000) : on y trouve répertoriés, sous diverses entrées, toutes les œuvres de l’auteur – et notamment les nombreuses traductions de son théâtre, qui témoignent de la renommée grandissante de Ghelderode – sa correspondance, les ouvrages et articles critiques, mais également une série de documents sonores et visuels (interviews, enregistrements de spectacles, etc.), de photos, programmes et coupures de presse. Bref, un patrimoine précieux pour qui voudrait se (re)plonger dans l’univers fascinant et insaisissable de l’une des plus grandes figures de la littérature belge.
En outre, grâce à la publication trimestrielle d’un Bulletin de liaison, dirigée par Jean-Paul Humpers, la Fondation maintient le contact avec les adeptes de Ghelderode et les informe des spectacles, parutions, conférences, expositions et autres prestations autour de l’auteur. Quelques articles restituent l’ambiance d’un Bruxelles ghelderodien, retracent un épisode de la vie d’Adhémar Martens, ou soulignent la créativité et la justesse de ton d’une mise en scène. Il est à noter que le bulletin 10 constitue un supplément à l’Inventaire du patrimoine, remis à jour dès 2001 : à n’en pas douter, l’œuvre de Ghelderode n’a rien perdu de sa puissance intrigante ni de son alchimie grotesque, qui font encore parler d’elle…
Pour finir, signalons la réédition de la biographie de Ghelderode par Pol Vandromme, aux éditions L’Âge d’Homme cette fois (Vandromme (P.), Michel de Ghelderode. La Flandre espagnole, Lausanne, L’Âge d’Homme, coll. « Amers », 2001) : le nouveau sous-titre, La Flandre espagnole, nous plonge d’emblée dans les couleurs de ces deux patries qui ont nourri l’imaginaire ghelderodien.
Isabelle Ost (U.C.L.)

  • Revues.org