Navigation – Plan du site

Femmes écrivains-journalistes (1880-1940) : questions de genre(s)

Pistes de recherche et réflexions autour de Marguerite Van de Wiele
Vanessa Gemis
p. 39-50

Texte intégral

  • 1 Nous développons ces questions dans : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880­1940). Identi (...)

1En Belgique, le tournant du siècle marque l’émergence de nouveaux rapports entre la femme et la littérature. Dans un contexte de débats sur l’émancipation intellectuelle des femmes et de reconfiguration de leur rôle social, on assiste à un accroissement et une diversification significative de l’effectif littéraire féminin. Alors qu’elles ne sont qu’une trentaine à prendre la plume entre 1830 et 1880, les femmes de lettres sont plus de deux-cents durant la Belle Époque et l’entre-deux-guerres, et se recrutent désormais dans tous les milieux sociaux. Poétesses, romancières, critiques ou encore dramaturges, elles revendiquent, en outre, l’accès à l’ensemble des genres littéraires1. Ce développement des pratiques d’écriture féminines se marque également par la multiplication des signatures de femmes dans la presse.

  • 2 Brogniez (Laurence), Gemis (Vanessa), « La place des femmes dans la presse », dans Femmes et critiq (...)

2Phénomène également observable en France, en Suisse ou encore au Québec, l’essor des femmes journalistes a déjà donné lieu à plusieurs études2. Toutes invitent à éclairer les modalités d’accès des femmes à l’écriture journalistique et les conditions de leur légitimité, sous l’angle du genre des genres, c’est-à-dire des rapports entre le genre social (de l’anglais gender) et le genre littéraire, c’est-à-dire, ici, la ou les pratique(s) journalistique(s). Dans la lignée de ces travaux, mais également en vue de contribuer aux réflexions amorcées par ce numéro de Textyles sur les rapports entre littérature et journalisme en Belgique francophone, nous proposons de poser ici les jalons d’une recherche sur les femmes écrivains-journalistes belges, actives entre 1880 et 1940. La trajectoire de Marguerite Van de Wiele, figure emblématique de la littérature féminine belge durant cette période, nous permettra, en particulier, de développer nos propositions à partir d’un cas concret.

Limites du corpus

3Si l’élaboration d’un corpus de femmes écrivains-journalistes renvoie à des obstacles semblables à ceux qui touchent leurs confrères, certaines difficultés sont également le fait d’une dynamique de genre, en d’autres termes sont étroitement liées aux positionnements sociaux et littéraires féminins dont les spécificités doivent s’entendre non comme l’effet d’une nature féminine, mais comme le résultat d’une construction sociale et culturelle de l’identité sexuée. Or, les conséquences de ce processus sont perceptibles tant au niveau socio-historique qu’historiographique.

  • 3 Bertelson (Lionel), Dictionnaire des Journalistes-Ecrivains de Belgique, Bruxelles, agpb, 1960.
  • 4 Voir l’article d’Ingrid Mayeur publié dans ce dossier.

4Dans son essai d’inventaire des journalistes écrivains belges (1920-1960), établi à partir de la base de données ciel et de l’ouvrage de Lionel Bertelson consacré aux journalistes écrivains3, Ingrid Mayeur répertorie trois-cent-trois auteurs, dont vingt seulement sont des femmes (6,6 %)4. Les limites temporelles établies par Ingrid Mayeur (1920-1940) demandent toutefois que soit affiné son inventaire, en fonction de la période ici investiguée (1880-1940). Ainsi, deux des femmes de lettres répertoriées ont une activité journalistique après la Seconde Guerre mondiale : Louise-Marie Danhaive (1923- ?) et Suzanne Rougefort (1918- ?). En outre, la liste ne rend pas compte des auteures actives dans la presse dès le tournant du siècle. Selon l’inventaire établi par Mayeur, il y aurait donc quinze agents repris comme femmes écrivains-journalistes belges actives entre 1920 et 1940 :

  • Adine France, pseudonyme de Cécile Van Dromme-Coucke (1890­1977)

  • Augis Marc, pseudonyme de Simone Dever- Wiccaer (1905-1977)

  • Burniaux Hélène (1889-1950)

  • Cappe Jeanne (1895-1956)

  • De Smet Germaine (1884-1969)

  • Goldstein Estelle ou Esther (1902-1991)

  • Hermendes Lydie, pseudonyme de Lydie Herment (1897-1991)

  • Hervyns Marie-José (1911- ?)

  • Inghels Marguerite (1917- ?)

  • Laeufer (Yvonne) (1899- ?)

  • Irine, pseudonyme d’Irène Hamoir (1906-1994)

  • Lilar Suzanne (1901-1992)

  • Migeon Madeleine (1888-1945)

  • Piette Hélène (1889-1943)

  • Revelard Adrienne (1907-1994)

  • Sneyers Germaine (1907-1959)

  • Van de Wiele Marguerite ( 1859-1941)

  • Wannyn Jeanne (1908-1995)

  • 5 Bertelson (Lionel), Dictionnaire des Journalistes-Ecrivains de Belgique, op. cit., p. 10.
  • 6 Sur les modalités d’exclusion canonique des femmes auteurs, voir : Bonnemaison-Paquin (Christine), (...)

5Comme le souligne Ingrid Mayeur, la préface à l’ouvrage de Lionel Bertelson, précise que « l’auteur a dû se limiter aux journalistes écrivains dont l’œuvre présente une valeur littéraire indéniable »5. Or, c’est précisément parce que leurs œuvres sont considérées comme l’expression d’une expérience limitée de la vie, qui n’atteint pas à l’universel, que les femmes écrivains accèdent difficilement à la reconnaissance6. Cette faible proportion reflète donc les présupposés canoniques à l’origine de la marginalisation et de l’exclusion historiographique des femmes de lettres.

  • 7 Sur ce point, on se reportera une nouvelle fois à l’inventaire établi par Ingrid Mayeur, lequel fai (...)

6Observé sous cet angle, ce premier inventaire invite donc à réfléchir aux sources permettant d’éclairer la place des femmes écrivains dans la presse. Le dépouillement des périodiques devrait offrir une vue plus juste, mais implique un travail fastidieux. Du reste, le chercheur s’y trouvera rapidement confronté aux brouillages identitaires qu’implique le recours fréquent aux pseudonymes7. Les études consacrées par leurs contemporains aux femmes de lettres constituent sans doute un matériau plus utilisable. Pour la période qui nous intéresse, trois ouvrages en particulier permettent une recension plus exhaustive :

  • Berger Lya, Les Femmes poètes de la Belgique. La vie littéraire et sociale des femmes belges, Paris, Perrin et Cie, 1925.

  • La Femme belge dans la littérature 1870-1914, Anvers, Burton, 1914.

  • Ravez Walter, Femmes de Lettres belges, s. l., Éditions de Belgique, 1939.

7Dégagés de tout critère de sélection d’ordre canonique, ces ouvrages regorgent d’informations bio-bibliographiques. Le second, un catalogue publié par la Section du Livre et de la Presse du Conseil national des femmes belges en 1914, indique très clairement que les femmes s’investissent, dès le tournant du siècle, tant en littérature qu’en journalisme. Si de telles sources permettent d’établir un inventaire plus précis des collaborations féminines à la presse écrite entre 1880 et 1940, elles ne suffisent cependant pas à déterminer quelles sont les femmes affichant véritablement un statut d’écrivain-journaliste. Le critère de la formation et/ou celui de l’activité professionnelle rémunérée, qu’on pourrait invoquer pour définir ce statut, rencontrent ici des obstacles à la fois spécifiques et semblables à ceux observables chez les hommes de lettres journalistes.

  • 8 Sur cette question, entre autres : Despy-Meyer (Andrée), « L’entre-deux-guerres ou l’affirmation in (...)
  • 9 L’institut belge de culture française, qu’elle avait fondé en 1912, n’est pas un établissement reco (...)

8Jusqu’à la création de l’Institut pour journalistes, dans les années 1920, le critère du diplôme ne peut, en effet, être pris en considération. Il aurait pour effet de tronquer une partie conséquente du corpus. Seules deux femmes de lettres de la liste établie par Ingrid Mayeur ont suivi une formation dans cet établissement : Marc Augis (1905-1977) et Jeanne Wannyn (1908- ?). L’acquisition d’un capital scolaire et culturel est cependant fondamentale dans l’exercice de la profession et constitue une première explication du nombre restreint de femmes exerçant une activité journalistique durant la période investiguée. Celui-ci enregistre le décalage entre le processus de démocratisation de l’instruction féminine (fin du xixe siècle) et celui de l’enseignement masculin (début du xixe siècle)8. En termes d’activité rémunérée, un rapide coup d’œil à l’inventaire d’Ingrid Mayeur permet de souligner que le statut de femme écrivain-journaliste ne renvoie pas nécessairement à l’exercice d’un double métier. France Adine est d’abord rentière. D’autres, comme Hélène Burniaux, exercent une deuxième profession, comme l’enseignement. À l’inverse, une personnalité comme Marie Closset (1873-1952), alias Jean Dominique, qui ne figure pas dans la liste, est avant tout reconnue comme enseignante, alors qu’à la fin de sa carrière, elle gagnera son pain comme chroniqueuse au Soir (« le Spectacle des jours »)9.

  • 10 Or, l’appartenance à une sociabilité journalistique a largement guidé le travail d’inventaire d’Ing (...)
  • 11 Sur Emma Lambotte : Gémis (Vanessa), « De l’atelier de James aux écrits d’Emma : itinéraire d’une a (...)

9Pour les femmes comme pour les hommes, lejournalismepeut donc constituer une troisième activité. Comme l’indique le cas de Jean Dominique, seules des données rigoureuses sur les trajectoires individuelles permettent de mesurer l’apport financier concret des activités journalistiques. Or, la problématique des sources, inhérente à la recherche sur les femmes, rend la recomposition des trajectoires féminines problématique. En l’absence d’informations précises, l’état civil peut toutefois constituer un indice : le célibat permet en effet d’associer l’activité intellectuelle à la recherche de gains financiers, le besoin matériel justifiant aux yeux de la société l’incursion dans un domaine d’activité traditionnellement réservé aux hommes. Les femmes journalistes ayant une activité reconnue et régulière sont d’ailleurs, pour l’essentiel, des célibataires. Initialement, l’attribution du statut d’écrivain-journaliste s’avère en effet, pour une femme, d’autant plus problématique qu’il bute contre les représentations féminines légitimées. Au début du siècle, le modèle dominant reste celui de la femme au foyer. L’activité journalistique n’est donc pas systématiquement revendiquée en tant qu’activité professionnelle (d’où, sans doute, la faible proportion de femmes inscrites au sein des sociabilités journalistiques10), ni n’occupe de part significative dans les revenus du ménage. C’est en particulier le cas des femmes issues de la haute bourgeoisie dont les activités littéraires peuvent s’apparenter à un loisir proche de l’art d’agrément. Emma Lambotte (1878-1963) a pu, grâce à son mariage avec un éminent chirurgien et amateur d’art, se consacrer pleinement à l’écriture. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages, entre 1910 et 1958, et a rédigé de nombreux articles, parmi lesquels d’intéressantes études sur l’œuvre de James Ensor, pour Le Matin d’Anvers, Le Journal de Liège, Le Tout-Liège ou encore La Meuse11. N’ayant pas acquis le statut professionnel de journaliste, son nom ne figure pas dans l’inventaire d’Ingrid Mayeur.

10On le voit, le corpus féminin invite à repenser et à élargir la définition du statut de l’écrivain-journaliste en Belgique francophone. Le critère de la professionnalisation ou du double métier, en particulier, se révèle partiellement opérant et tend à occulter non seulement la place effective des femmes de lettres dans la sphère journalistique, mais également les conditions spécifiques d’exercice et de légitimité de l’activité journalistique pour une femme. Au regard de ces difficultés, la trajectoire sociale et littéraire d’une auteure comme Marguerite Van de Wiele offre un cas d’étude intéressant. Son statut d’écrivain-journaliste attesté permet en effet de contourner les écueils que nous avons soulignés, pour interroger plus précisément les modalités d’accès des femmes écrivains à la pratique journalistique.

Marguerite Van de Wiele (1857-1941)12

Trajectoire personnelle

11Née à Bruxelles, en 1857, Marguerite Van de Wiele est issue d’un milieu libéral et libre-penseur. Elle est la fille de Charles-Emile Van de Wiele (1826­1883), négociant en soierie et fondateur, en 1860, de la première société mutualiste belge. Jusqu’à ses douze ans, Marguerite bénéficie de l’influence éclairée de son grand-père, Pierre Marsais (t1887). Médecin français installé à Bruxelles depuis 1832, ce dernier avait accueilli dans sa maison de

  • 13 Bartier (John), « Un siècle d’enseignement féminin. Le Lycée Royal Gatti de Gamond et sa fondatrice (...)
  • 14 Nous étudions les liens entre la formation et l’activité littéraire des femmes dans : Gemis (Vaness (...)

12commerce, rue de la Madeleine, quelques-uns des proscrits français les plus notoires (Hugo, Deschanel, Dumas, etc.). En 1864, Pierre Marsais décide de retirer sa petite-fille de l’école des sœurs de Sainte-Marie, pour l’inscrire aux Cours d’éducation pour jeunes filles qui viennent de s’ouvrir rue du Marais, à Bruxelles. Première école moyenne laïque pour filles fondée en Belgique, l’établissement avait pour ambition de soustraire l’enseignement féminin à la mainmise des congrégations religieuses, en proposant aux jeunes filles issues de la bourgeoisie libérale, un programme non seulement exempt de cours de religion, mais plus diversifié. Les Cours étaient subventionnés par la Ville de Bruxelles et dirigés par la féministe Isabelle Gatti de Gamond (1839-1905)13. Élévée dans un milieu hautement intellectuel, Marguerite Van de Wiele a donc bénéficié d’une formation rare chez les femmes de sa génération. Sa trajectoire invite cependant à penser l’entrée des femmes en littérature et en journalisme comme un effet de ce processus de démocratisation de l’enseignement féminin qui, dès le tournant du siècle, pose les conditions d’accès des femmes aux professions intellectuelles14

  • 15 Van de Wiele Marguerite, Lady Fauvette, Paris, Le Vasseur, 1879.

13En 1878, alors qu’elle achève sa scolarité à l’école de la rue du Marais, Marguerite Van de Wiele soumet une nouvelle, « Un ange envolé », à Louis Hymans (1829-1884), rédacteur en chef à L’Office de Publicité et proche de la famille Van de Wiele. Les pages sont publiées le 18 août 1878 et lui permettent d’entamer une collaboration régulière au périodique. Un an plus tard, la jeune femme fait son entrée officielle dans les lettres, avec la publication, chez Le Vasseur, éditeur parisien, d’un roman intitulé LadyFauvette15. L’œuvre, prise au départ pour la traduction d’un roman anglais, connaît un succès immédiat. À cette époque, la famille Van de Wiele doit essuyer des difficultés financières. Le père, Charles, est depuis quelques années en procès contre la Mutuelle du commerce et de l’industrie, pour avoir accepté un poste de directeur administratif au journal L’Écho du Parlement, sans l’autorisation préalable de son conseil d’administration, pourtant prévue par les statuts. La notoriété de la jeune Marguerite apparaît dès lors comme une aubaine financière et l’on décide pour elle d’un séjour à Paris. Installée avec sa mère à Bellevue, elle se fait un nom dans les milieux littéraires parisiens proches du réalisme et du naturalisme, rencontrant Zola, Daudet, Jules Verne ou encore

  • 16 Voir Houyoux (Mariette), « La première conférence de Mlle Marguerite Van de Wiele à la Section du L (...)

14Maupassant, nouant des liens d’amitiés avec l’éditeur Georges Charpentier. Alors qu’elle s’attelle à son second ouvrage, Le Roman d’un chat, publié en 1880 à Verviers, chez Gilon, sa carrière de journaliste connaît un nouvel essor. Profitant incontestablement de liens familiaux préalables avec le monde de la presse (son frère est également journaliste), Marguerite Van de Wiele, déjà collaboratrice régulière à L’Office de Publicité, devient, dès le tournant du siècle, journaliste indépendante pour plusieurs journaux belges et parisiens (La Vie Moderne, Le Voltaire, Le National, Le Petit Bleu, L’Indépendance belge, etc.). Après la Première Guerre mondiale, elle débute également une collaboration régulière au Soir. Le double statut d’écrivain et de journaliste de Marguerite Van de Wiele sera reconnu à la fois par les milieux féministes et par les milieux littéraires belges. En 1907, elle est nommée présidente de la Section du Livre et de la Presse, nouvellement créée au sein du Conseil national des femmes belges. Cette nomination se veut explicitement un hommage à la carrière d’une écrivaine, dont le parcours exemplaire sert d’argument aux thèses féministes en faveur de l’émancipation intellectuelle et sociale des femmes16. L’anthologie que publie, en 1909, l’Association des écrivains belges met, elle aussi, à l’honneur la double carrière de l’auteure, en reprenant quelques-uns de ses articles publiés dans Le Petit Bleu.

  • 17 Barbey d’Aurevilly (Jules), Les Œuvres et les hommes du xixe siècle. Les Bas-bleus, tome 5, Paris, (...)
  • 18 Voir Planté (Christine), La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989, p (...)
  • 19 Ibidem, p. 175.
  • 20 Ibidem.

15L’entrée de Marguerite Van de Wiele en littérature correspond à l’année de publication des Bas-bleus (1878), par Jules Barbey d’Aurevilly17. Dans ce pamphlet sur la femme de lettres est affirmée l’inconvenance de la plume pour une femme, non seulement parce que celle-ci s’oppose à ses qualités essentielles (pudeur, altruisme, etc.), mais parce qu’elle met en péril l’ordre social en brouillant la division sexuelle des tâches et des espaces. Or, ce discours correspond à la fois à un interdit sur « la création », déjà bien ancré dans la réception de la littérature des femmes, mais également à un interdit sur « la production », quant à lui émergeant au xixe siècle et lié aux modifications d’ordre économique et industrielle qui touchent, à l’époque, le statut du livre18. La professionnalisation sert ainsi d’argument pour délégitimer la femme de lettres, en soulevant l’inadéquation entre la féminité et la dimension publicitaire et économique du métier d’écrivain. Associée à des nécessités financières, l’écriture gagne-pain peut néanmoins servir d’alibi, car elle permet de dénier toute ambition ou prétention à une gloire personnelle19. Cette « instrumentalisation »20 de l’écriture traverse la trajectoire de Marguerite

16Van de Wiele. Depuis le décès de son père, en 1883, la jeune femme s’est vue investie des charges de chef de famille. En raison de son célibat, elle a également pu s’écarter du modèle de la femme au foyer et assumer sa carrière littéraire et journalistique. À cette dynamique de genre se superpose toutefois une logique nationale qui a également contribué à légitimer la place de Marguerite Van de Wiele en littérature et en journalisme.

  • 21 Voir Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bru (...)
  • 22 Aron (Paul), Les Ecrivains belges et le socialisme (1880-1913). L’expérience de l’art social : d’Ed (...)

17Première femme de lettres belge à vivre de sa plume, Marguerite Van de Wiele entame, dès son entrée en littérature, une carrière journalistique. De ce point de vue, sa trajectoire enregistre une condition essentielle de l’activité littéraire en Belgique francophone, liée à l’exiguïté du marché local et à la concurrence du champ français : l’exercice d’un double métier21. Son identité nationale lui permet ainsi d’échapper à une autre critique récurrente formulée à l’égard des femmes de lettres, celle de participer à la transformation de l’art en valeur marchande. Comme l’ont démontré Paul Aron et, à sa suite, Jean-Marie Klinkenberg et Benoît Denis, dans le champ littéraire belge, le rapport aux valeurs économiques est en effet décomplexé, la professionnalisation étant perçue comme un moyen de s’affranchir du pouvoir politique22.

18Sa trajectoire personnelle et son appartenance nationale ont donc permis à Marguerite Van de Wiele de légitimer son statut d’écrivain et de journaliste, en déjouant les interdits imposés à son sexe. Son appartenance genrée transparaît toutefois au cœur même de son œuvre, tant par le ton, que par les thématiques convenues qui traversent ses articles. De même, la pratique journalistique de la romancière n’a pas de véritable cohérence : ses articles peuvent aussi bien relever de la critique littéraire, de la critique artistique ou de sujets d’intérêt général, voire anecdotiques. Cette disparité traduit le déploiement d’une activité scripturale dont les ambitions sont davantage rémunératrices que liées à une volonté d’accéder à une identité journalistique forte. S’y lit également le déplacement, de la sphère littéraire à la sphère médiatique, de postures féminines légitimées.

Pratiques journalistiques féminines

19Les collaborations de Marguerite Van de Wiele à la presse écrite, entre 1878 et 1940, invitent à s’interroger sur l’existence de stratégies de reconnaissance spécifiques aux femmes écrivains-journalistes. Certes, à travers ses articles de critique littéraire et de critique d’art, Van de Wiele développe une posture critique dont la légitimité tient au caractère encore exceptionnel de son statut d’intellectuelle. Sa pratique journalistique témoigne toutefois de la nécessité de résoudre le hiatus entre une activité d’écriture caractérisée par sa dimension publique et critique, et des représentations qui placent le féminin du côté de l’intimité, de la pudeur et de l’absence d’autorité intellectuelle.

  • 23 Van de Wiele (Marguerite), « Le Chapitre de la femme », dans La Revue de Belgique, 43e-46e année, 3 (...)

20L’accroissement de l’effectif littéraire féminin, au tournant du siècle, va, nous l’avons vu, de pair avec une augmentation significative du nombre de collaboratrices dans les différents médias nationaux. Parallèlement, on peut observer un déplacement progressif de la femme journaliste dans des rubriques ou des organes étiquetés « féminins », indice à la fois de l’émergence d’un nouveau lectorat, et d’une volonté, équivalente à celle qui se manifeste dans le champ littéraire, de délimiter l’espace des possibles féminins. Les femmes sont ainsi reléguées dans des domaines de création dit mineurs (littérature/presse féminine ou de jeunesse, en particulier) considérés comme en adéquation avec leurs prérogatives naturelles. En 1911, Marguerite Van de Wiele inaugure dans La Revue de Belgique une rubrique intitulée « Le Chapitre de la femme » (1911­1914). L’essentiel des articles de Van de Wiele repris, en 1909, dans l’anthologie que lui consacre l’Association des écrivains belges, touche à des questions dites « féminines » : la condition féminine, l’enfance ou encore la vie quotidienne... autant de thématiques qui constituent effectivement le noyau des collaborations journalistiques de la romancière. L’inventaire établi par Ingrid Mayeur atteste de la récurrence de ces modalités d’inscription des femmes dans le champ médiatique. De 1921 à 1940, Hélène Burniaux est rédactrice de la « Tribune libre féministe » du Soir. France Adine s’occupe du « Courrier des lectrices » dans la revue Femme d’aujourd’hui (1933-1958). Jeanne Cappe publie dans La Nation belge une « Page de la Femme » ainsi qu’une rubrique d’actualité enfantine (1928-1955). Estelle Goldstein consacre une page similaire dans Le Peuple. Lydie Hermendes est journaliste de mode à La Libre Belgique. De telles rubriques ne procurent certainement pas le même prestige, ni les mêmes rétributions. Elles s’avèrent être toutefois des espaces privilégiés de développement d’une parole critique, et en particulier de déploiement d’une critique littéraire féminine soucieuse d’interroger sa propre littérature. « Le Chapitre de la femme » permet ainsi à Marguerite Van de Wiele d’étudier les œuvres de plusieurs consœurs : Neel Doff, Junia Letty, Marguerite Baulu, ou encore Jeanne Poirier, alias Jean Berlaer23.

21La nature diversifiée des collaborations de Marguerite Van de Wiele à la presse écrite (critiques littéraires, critiques artistiques, études sociales et philanthropiques, etc.) révèle, quant à elle, une autre modalité d’inscription des femmes dans la sphère médiatique. Si cette disparité empêche le déploiement d’une identité journalistique forte, elle retraduit en effet une posture littéraire et féminine légitime : la salonnière.

  • 24 Savoie (Chantal), « La page féminine... », op. cit., p. 128.
  • 25 Planté (Christine), Thérenty (Marie-Ève), « Masculin/Féminin dans la presse du xixe siècle. Le genr (...)

22Comme le suggère Chantal Savoie, les rubriques tenues par certaines femmes de lettres peuvent, en effet, être envisagée comme un « avatar moderne, populaire et public, du salon littéraire » : « [...] la littérature n’y occupe qu’une place parmi un ensemble de mondanités et [elles sont structurées] autour d’une personnalité féminine forte détenant peu de capital scolaire, mais disposant, en revanche, d’un important capital social et d’une maîtrise de l’art des bonnes manières »24 C’est l’enjeu de la rubrique « À bâtons rompus » ou de la « Chronique féminine » que tient Emma Lambotte dans la revue La Femme Wallonne, dès les années trente. Une dynamique similaire apparaît au travers des articles que signe Marguerite Van de Wiele dans sa rubrique « Le Chapitre de la femme » ou au travers des chroniques qu’elle publie dans Le Petit Bleu (1894-1909), sous le pseudonyme de Natalis, et plus tard dans Le Soir (1915-1939). Le genre de la « Chronique » se prête, en particulier, à cette modalité d’écriture, et apparaît, comme le soulignent Christine Planté et Marie-Ève Thérenty, comme l’« héritière de [la] sociabilité féminine »25. Le cas de Marguerite Van de Wiele invite cependant à moduler la question du capital scolaire en le confrontant, d’un point de vue non seulement diachronique, mais également synchronique, aux postures critiques différentes que développent les femmes écrivains-journalistes. Là où certaines femmes ne publient que des articles légers et mondains, Marguerite Van de Wiele affiche son statut d’intellectuelle en signant également des critiques artistiques, notamment dans le journal parisien La Vie Moderne.

Conclusion

23La trajectoire de Marguerite Van de Wiele révèle l’existence, chez les femmes écrivains-journalistes, de modalités d’accès à l’écriture journalistique et de conditions de légitimité spécifiques. L’analyse par le genre offre un éclairage pertinent, dans la mesure où il permet d’envisager ces spécificités non comme l’effet d’une nature féminine, mais comme une construction socio-culturelle. L’ensemble des pratiques journalistiques mériterait d’être envisagé sous cet angle. Le masculin et le féminin faisant système, les collaborations féminines ne peuvent en effet se comprendre qu’en envisageant l’espace médiatique dans son ensemble. Il y aurait d’ailleurs, de ce point de vue, beaucoup à apprendre sur les pratiques journalistiques masculines. Une telle approche nécessite cependant que soit affinée la méthodologie. L’objet même de la recherche - l’écrivain-journaliste - requiert une définition qui évite l’amalgame masculin/universel et permette des nuances en synchronie et en diachronie.

Haut de page

Notes

1 Nous développons ces questions dans : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880­1940). Identités et représentations collectives, Thèse de doctorat en Langues et Lettres, Université Libre de Bruxelles, 2009.

2 Brogniez (Laurence), Gemis (Vanessa), « La place des femmes dans la presse », dans Femmes et critique(s). Lettres, Arts, Cinéma, Namur, Presses universitaires de Namur, 2009, pp. 11-13 ; Pavillon (Monique) (avec la collaboration de Véronique Czâka), « Vivre de sa plume, une affaire de genre ? À propos du statut et des revenus des écrivains et journalistes à l’aube du xxe siècle », dans Pavillon (Monique), dir., Itinéraires de femmes et rapports de genre dans la Suisse de la Belle Epoque, Les Annuelles, n° 10/2007, Lausanne, Éditions Antipodes, pp. 235-279 ; Planté (Christine), Thérenty (Marie-Ève), « Masculin/Féminin dans la presse du xixe siècle. Le genre de la critique », dans Femmes et critique(s)..., op. cit., pp. 15-32 ; Savoie (Chantal), « La page féminine des grands quotidiens montréalais comme lieu de sociabilité littéraire au tournant du xxe siècle », dans Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux, Tangence, n° 80, hiver 2006, pp. 125-142 ; Savoie (Chantal), « Stratégies d’énonciation et modalités discursives de la critique littéraire au féminin au Québec au tournant du xxe siècle », dans Femmes et critique(s)..., op. cit, pp. 33-53.

3 Bertelson (Lionel), Dictionnaire des Journalistes-Ecrivains de Belgique, Bruxelles, agpb, 1960.

4 Voir l’article d’Ingrid Mayeur publié dans ce dossier.

5 Bertelson (Lionel), Dictionnaire des Journalistes-Ecrivains de Belgique, op. cit., p. 10.

6 Sur les modalités d’exclusion canonique des femmes auteurs, voir : Bonnemaison-Paquin (Christine), « Un paradoxe féminin. Participation et mise en marge dans l’histoire littéraire », dans Bertrand-Jennings (Chantal), éd., Masculin/féminin. Le xixe siècle à l’épreuve du genre, Toronto, Centre d’Études du xixe siècle Joseph Sablé, coll. À la recherche du xixe siècle, 1999, pp. 215-226 ; Féminisme et littérature, dossier spécial de Québec français, n° 137, printemps 2005, pp. 30-58 ; Féminisme et littérature, n° spécial de Nouvelles questions féministes, vol. 22, n° 2, Lausanne, Éditions Antipodes, 2003 ; Milligan (Jennifer E.), The Forgotten Generation. French Women Writers of the Inter-war Period, Oxford, New York, Berg Publishers Limited, 1996; Naudier (Delphine), Rollet (Brigitte), dir., Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, coll. Bibliothèque du féminisme, 2007 ; Planté (Christine), « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », dans Multiple histoire littéraire, Revue d’histoire littéraire de France, 103e année, n° 3, juillet-septembre 2003, pp. 655-668.

7 Sur ce point, on se reportera une nouvelle fois à l’inventaire établi par Ingrid Mayeur, lequel fait état des nombreux pseudonymes utilisés.

8 Sur cette question, entre autres : Despy-Meyer (Andrée), « L’entre-deux-guerres ou l’affirmation intellectuelle des femmes », dans Féminismes, n° spécial de Sextant, t. 1, hivers 1993, pp. 75-90. ; Grootaers (Dominique), dir., Histoire de l’enseignement en Belgique, Bruxelles, CRISP, 1998 ; Gubin (Éliane), « Libéralisme, féminisme et enseignement des filles en Belgique aux 19e-début 20e siècles », dans Politique, imaginaire et éducation. Mélanges en l’honneur du professeur Jacques Lory, n° spécial des cahiers du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions, n° 13-14, Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, 2001, pp. 151-174.

9 L’institut belge de culture française, qu’elle avait fondé en 1912, n’est pas un établissement reconnu par l’État. Marie Closset n’aura donc pas droit à une pension légale (Lettre de Marie Closset à [destinataire inconnu], Uccle, 9 septembre 1944, aml, ml 2008/3).

10 Or, l’appartenance à une sociabilité journalistique a largement guidé le travail d’inventaire d’Ingrid Mayeur.

11 Sur Emma Lambotte : Gémis (Vanessa), « De l’atelier de James aux écrits d’Emma : itinéraire d’une artiste dédoublée », dans Brogniéz (Laurence), dir., Ecrit(ure)s de peintres belges, Bruxelles, pie Peter Lang, coll. Comparatisme et société, n° 7, 2009, pp. 91-102 ; Gémis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, op. cit., pp. 133-161 ; Lust (Jacques), « Emma et Albin Lambotte, éléments biographiques », dans Derrey-Cappon (Danielle), James Ensor : lettres à Emma Lambotte 1904-1914, Tournai, la Renaissance du Livre, 1999, pp. 337-348 ; Rousseau (Maurice), Emma Lambotte, Bruxelles, Le Livre belge d’Aujourd’hui, 1937 (« Profils littéraires belges », n° 9) ; Van den Dungen (Pierre), « Protin Marie, Léonie, Clémentine, Emma, pseudo Emmaël (1876-1963), épouse Lambotte », dans Gubin (Eliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean), dir., Dictionnaire des femmes belges XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Éditions Racine, 2006, pp. 468-469 ; Van Nuffel (Roger O. J.), « Lambotte Emma », dans Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-Arts de Belgique, tome iii, 1994, pp. 212-215.

12 Voir Gémis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, op. cit., pp. 75-98 ; Van den Dungen (Pierre), « Van de Wiele Marguerite, Amélie, pseud. Natalis (1857-1941) », dans Gubin Eliane, Jacques Catherine, Piette Valérie et Puissant Jean, dir., Dictionnaire des femmes belges XIXe et XXe siècles, op. cit., pp. 554­556 ; Van den Dungen (Pierre), « Van de Wiele Marguerite », dans Nouvelle biographie nationale, op. cit., pp. 362-364 ; Vierset (Auguste), Marguerite Van de Wiele, Bruxelles, Imprimerie industrielle et financière, 1933.

13 Bartier (John), « Un siècle d’enseignement féminin. Le Lycée Royal Gatti de Gamond et sa fondatrice », dans Laïcité et franc-maçonnerie. Etudes rassemblées et éditées par Guy Cambier, Bruxelle, Éd. de l’Université libre de Bruxelles, 1989, pp. 161-202 ; Gubin (Éliane), « Libéralisme, féminisme et enseignement des filles en Belgique aux 19e-début 20e siècles », op. cit. ; Gubin (Éliane), Piette (Valérie), « Gatti de Gamond Isabelle, Laure (1839-1905) », dans Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean), dir., op. cit., p. 268.

14 Nous étudions les liens entre la formation et l’activité littéraire des femmes dans : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, op cit., pp. 197-257.

15 Van de Wiele Marguerite, Lady Fauvette, Paris, Le Vasseur, 1879.

16 Voir Houyoux (Mariette), « La première conférence de Mlle Marguerite Van de Wiele à la Section du Livre et de la Presse du Conseil National des Femmes belges », dans La Ligue. Organe belge du Droit des Femmes, quinzième année, n° 4, 1907, pp. 137-142.

17 Barbey d’Aurevilly (Jules), Les Œuvres et les hommes du xixe siècle. Les Bas-bleus, tome 5, Paris, édition Société générale de librairie catholique, 1878.

18 Voir Planté (Christine), La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989, p. 191.

19 Ibidem, p. 175.

20 Ibidem.

21 Voir Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord Références, 2005, p. 101 ; Olav-Dozo (Björn), Mesures de l’écrivain. Etude socio-statistique du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres, thèse en langues et littératures romanes, Université de Liège, 2007, pp. 197-199 ; Olav-Dozo (Björn), « Examen de l’évolution des trajectoires scolaires et professionnelles des écrivains de l’entre-deux-guerres », dans Brogniez (Laurence), dir., Textyles, n° 31, Droit et Littérature, 2007, p. 29.

22 Aron (Paul), Les Ecrivains belges et le socialisme (1880-1913). L’expérience de l’art social : d’Edmond Picard à Emile Verhaeren, Bruxelles, Éditions Labor, coll. Archives du Futur, 1985, p. 132 ; Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, op. cit., p. 101.

23 Van de Wiele (Marguerite), « Le Chapitre de la femme », dans La Revue de Belgique, 43e-46e année, 3e série, 1911-1914.

24 Savoie (Chantal), « La page féminine... », op. cit., p. 128.

25 Planté (Christine), Thérenty (Marie-Ève), « Masculin/Féminin dans la presse du xixe siècle. Le genre de la critique », op. cit., pp. 24-25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Gemis, « Femmes écrivains-journalistes (1880-1940) : questions de genre(s) », Textyles, 39 | 2010, 39-50.

Référence électronique

Vanessa Gemis, « Femmes écrivains-journalistes (1880-1940) : questions de genre(s) », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/107 ; DOI : 10.4000/textyles.107

Haut de page

Auteur

Vanessa Gemis

ARC - Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org