Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Rwanda 94. Le théâtre face au génocide. Groupov, récit d’une création. N° spécial de Alternatives théâtrales | Rwanda 94

(Bruxelles), n° 67-68, 2001, 127 p., phot., bibl., chron. – ISSN 0774-4146 | Livre (268 p.) avec 2 CD, tiré du spectacle du Groupov. Avec un dessin offert par Jean-Philippe Stassen. Liège - Bruxelles, Carbon 7 Records, 2000
Pierre Halen
p. 135-136
Référence(s) :

Rwanda 94. Le théâtre face au génocide. Groupov, récit d’une création. N° spécial de Alternatives théâtrales, (Bruxelles), n° 67-68, 2001, 127 p., phot., bibl., chron. – ISSN 0774-4146 - alternativestheatrales@arcadis.be. [Contributions de : Georges Banu, Marie-France Collard, Johan Daenen, Bernard Debroux, Jacques Delcuvellerie, Greta Goiris, Philippe Ivernel, Patrick Le Mauff, Garret List, Max Parfondry, Jean-Marie Piemme, Claire Ruffin, Dorcy Rugamba]

Rwanda 94. [Livre (268 p.) avec 2 CD, tiré du spectacle du Groupov]. Avec un dessin offert par Jean-Philippe Stassen. Liège - Bruxelles, Carbon 7 Records, 2000. <http://www.carbon7.com>, groupov@swing.be, diffusion en France : ork@netculture.net

Notes de la rédaction

alternativestheatrales@arcadis.be. [Contributions de : Georges Banu, Marie-France Collard, Johan Daenen, Bernard Debroux, Jacques Delcuvellerie, Greta Goiris, Philippe Ivernel, Patrick Le Mauff, Garret List, Max Parfondry, Jean-Marie Piemme, Claire Ruffin, Dorcy Rugamba] | <http://www.carbon7.com>, groupov@swing.be, diffusion en France : ork@netculture.net

Texte intégral

1Le spectacle intitulé Rwanda 94, conçu par le Groupov sous la houlette de Jacques Delcuvellerie, est une réalisation à divers égards exceptionnelle, qui, parce qu’elle a fait date, méritait aussi d’être diffusée via des supports moins éphémères que la performance théâtrale. C’est chose faite avec cette double publication. D’abord un livre-coffret, qui comporte deux CD audio reprenant les moments essentiels du spectacle, et notamment la musique composée par Garret List et Jean-Marie Muyango, mais aussi les récitatifs et les chœurs, si importants dans une dramaturgie où la référence brechtienne est diversement présente. Le livret reprend les textes sous une forme imprimée, en français et en anglais. L’ensemble est en outre plus qu’agréablement mis en page, ce qui n’est pas négligeable.

2Ensuite, une livraison spéciale de Alternatives théâtrales, le premier numéro à être exclusivement consacré par la revue à un seul spectacle. Splendidement illustré de photographies en couleurs, à peine déparé, dans les textes, par de petites négligences de langue qu’on oublie vite eu égard au propos, ce bel album recompose à la fois l’horizon, les visées et les différentes composantes du spectacle, mais aussi l’histoire de sa réalisation. On y a ajouté une présentation globale du Groupov et de ses réalisations antérieures.

3Le détail des contributions apportées à ce volume par une petite quinzaine de témoins et d’acteurs, mais aussi de spectateurs, importe moins que la mise en évidence de ce qui a fait de ce spectacle un évènement exceptionnel. Relevons tout d’abord le caractère international de Rwanda 94 : le spectacle a « tourné » dans plusieurs pays d’Europe, s’imposant partout à l’attention, notamment, par les questions qu’il posait à la conscience occidentale, bien au-delà des frontières. Mais surtout, le spectacle associe directement des sources et des acteurs africains — rwandais en l’occurrence — autant qu’européens. La conciliation de ces sources culturelles, la convergence de ces « voix » et de ces efforts, à la recherche évidemment d’une humanité commune, a rarement été aussi concertée, nécessaire et en même temps sensible.

4Inspiré par un « devoir de mémoire », mais constituant davantage encore une « tentative de réparation symbolique envers les morts, à l’usage des vivants », Rwanda 94 s’impose de toute évidence comme ce qui a été élaboré de la manière la plus critique, la plus réfléchie, parmi tout ce qui a été proposé comme production mémorielle à propos du génocide rwandais de 1994. Le théâtre, qui est toujours une entreprise collective, a poussé fort loin ici cette dimension d’une prise en charge commune du Réel, prise en charge en forme de pari impossible, « réparation symbolique » sans doute, mais néanmoins nécessaire. Pour ce faire, le Groupov s’est longuement interrogé, non seulement à partir de la documentation historique et médiatique, mais aussi à partir des témoignages singuliers des témoins et des rescapés, rencontrés au Rwanda ou ailleurs. Il l’a fait aussi à partir de la traduction dramaturgique, depuis Eschyle jusqu’aux expériences de B. Brecht et de Peter Weiss (qui semble ici une référence majeure). On a rarement vu tant de précaution, tant de pudeur et de respect ; ils étaient indispensables, il est vrai, tant l’évocation était délicate, de ce million d’âmes assassinées, parfois avec une indicible cruauté.

5Ayant voulu ne pas parler « à la place des Rwandais » — précaution qui parait respectable au départ, mais qui est dépassée à la fois par l’importance de l’apport rwandais dans le spectacle et surtout par l’horizon planétaire de la réflexion — le Groupov a voulu « balayer devant sa porte » et dénoncer, entre autres, la responsabilité des médias, y compris ceux du passé lointain, dans les massacres. Mais aussi celle, bien entendu, de responsables politiques dont la bêtise, le cynisme ou l’indécence devaient être montrés. Ce point de départ a peut-être déporté quelque peu l’attention vers une vision encore un peu néo-coloniale des choses (la responsabilité du monde colonial, y compris missionnaire, ou néo-colonial, y compris le président de la République française, la suggestion d’un Rwanda pré-colonial un peu idyllique), au détriment de ce qui, dans l’état-nation moderne, a pu jouer. La musique, par exemple, s’abreuve, outre les ressources personnelles de Garret List, aux deux sources de la musique de chambre européenne et de la tradition rwandaise, négligeant de solliciter ce qui, notamment dans les milieux de la jeunesse urbaine, était véritablement écouté en Afrique en 1994. Mais ces nuances sont de peu d’importance : les écueils étaient nombreux, la navigation délicate, et l’on ne peut que rendre hommage à cette entreprise qui a réussi à parler avec justesse non seulement d’une douleur humaine immense et de son absurdité, mais aussi des responsabilités qui, pour être « partagées », n’en sont pas moins identifiables. Eu égard à cette réussite, il parait secondaire d’attirer aussi l’attention des spécialistes du théâtre sur la cohérence et les exigences critiques d’une démarche qui, néanmoins, fait date à cet égard aussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Rwanda 94. Le théâtre face au génocide. Groupov, récit d’une création. N° spécial de Alternatives théâtrales | Rwanda 94 », Textyles, 21 | 2002, 135-136.

Référence électronique

Pierre Halen, « Rwanda 94. Le théâtre face au génocide. Groupov, récit d’une création. N° spécial de Alternatives théâtrales | Rwanda 94 », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 15 août 2005, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1065

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org