Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Hubin (Christian), Éclipses

Lecture de Francis Édeline. Bruxelles, Éditions Labor / RTBF éditions, coll. « Espace Nord », 1999, 209 p.
Gérald Purnelle
p. 134-135
Référence(s) :

Hubin (Christian), Éclipses. Lecture de Francis Édeline. Bruxelles, Éditions Labor / RTBF éditions, coll. « Espace Nord », 1999, 209 p.

Texte intégral

1Sans doute était-ce une manière de gageure que de publier en collection de poche des œuvres du poète Christian Hubin, qui passe, à juste titre, pour un poète difficile. La collection « Espace Nord » s’est donné ce défi, fidèle en cela à ce qui paraît être sa ligne de conduite en matière de poésie, surtout centrée sur le surréalisme belge, mais aussi sur les poètes les plus historiquement à la pointe de la modernité (Izoard, Lejeune, Savitzkaya, Verheggen), même si un récent Thiry, après le déjà ancien Norge, rouvre d’autres filons.

2Nue, l’entreprise aurait eu quelque chose d’abrupt. Mais la formule de la collection veut que tout volume s’accompagne d’une « lecture », et celle de Francis Édeline frappe par sa parfaite pertinence.

3À la suite de trois recueils judicieusement sélectionnés (Afin que tout soit de retour, 1981, La Fontaine noire, 1983, Continuum, 1991), il évoque d’abord l’œuvre critique et réflexive de Christian Hubin, pour montrer l’« homme de tempérament » qu’est Hubin, imprécateur de ce qu’il honnit et à l’écoute de ce qu’il aime. Ensuite, après une mise au point où il se défie des dangers et des prétentions d’une analyse critique (chercher « ce que l’auteur a voulu dire… »), il développe une lecture progressive de l’œuvre, avec honnêteté et humilité (les mots sont de lui : « Une grande humilité est plus qu’ailleurs de saison en façon d’un poète de la dimension de Christian Hubin, qui précisément situe sa recherche poétique à l’extrême limite de ce que le langage permet »). Cette approche volontairement modeste arme toutefois le lecteur de moyens précieux, en traçant les fondements philosophiques de l’œuvre, phénoménologiques et platoniciens, pour conclure à une conception de la poésie et de la vie comme une quête du sens. La seconde clé qu’il procure pour l’ouverture du texte est la stylistique, qui lui permet de relever, d’analyser et d’illustrer par l’exemple les principaux traits et techniques d’Hubin (tels, par exemple, la renonciation au chant, mais aussi les oxymores et les paradoxes). Attribuant davantage l’hermétisme apparent de l’œuvre à « notre paresse de lecteurs », il préconise et pratique, pour cette poésie qui ne cherche pas « à séduire ni à plaire », une lecture répétée et progressive, avouant « devoir relire ses textes plusieurs fois avant d’estimer être parvenu à un début de compréhension ». Le texte s’achève par une éclairante analyse, non une exégèse, mais une description de son « parcours personnel à travers chacun des trois recueils », « une sorte de rêverie interprétative amorcée par sa lecture ».

4Fondée donc sur une expérience personnelle avouée et assumée, la postface de Francis Édeline réussit à mettre à la portée du lecteur une œuvre difficile ; le choix de ses méthodes en fait aussi une leçon de lecture poétique, loin de toute exégèse aventureuse, vaticinante, hermétique, complaisante ou jargonnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Hubin (Christian), Éclipses », Textyles, 21 | 2002, 134-135.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Hubin (Christian), Éclipses », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 15 août 2005, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1063

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org