Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Crickillon (Jacques), L’Indien de la Gare du Nord

Préface de Jacques De Decker. Étude d’Éric Brogniet. Lausanne, Éd. L’Âge d’Homme, coll. Contemporains, 2000, 165 p., ISBN 2-8251-1343-3.
Michel Torrekens
p. 134
Référence(s) :

Crickillon (Jacques), L’Indien de la Gare du Nord. Préface de Jacques De Decker. Étude d’Éric Brogniet. Lausanne, Éd. L’Âge d’Homme, coll. Contemporains, 2000, 165 p., ISBN 2-8251-1343-3.

Texte intégral

1L’originalité de l’œuvre de Crickillon n’est plus à démontrer et le fort volume publié par les Éditions de la Renaissance dans la collection « Les Maîtres de l’Imaginaire » a permis aux lecteurs de s’en faire une idée plus précise. En rééditant L’Indien de la Gare du Nord, paru en 1985 à Paris chez Belfond, les Éditions L’Âge d’Homme, qui suivent Jacques Crickillon depuis maintenant quelques années, essentiellement pour son œuvre poétique, ont voulu donner une seconde jeunesse à l’un de ses textes majeurs, notamment parce que l’auteur y coulait sa verve poétique dans un texte davantage proche de la prose. Car tout conduit et ramène à la poésie chez Crickillon. Dès la première parution, il y a dix-sept ans maintenant, le critique bruxellois Jacques De Decker évoquait un « western nordiste et déchirant, un western citadin qui aurait pour théâtre une métropole occidentale qui est celle où vit l’auteur et où, comme partout ailleurs dans notre résidu de civilisation, l’individu est laminé par la vulgarité ambiante, par la barbarie montante ». La ville mais la ville hallucinée, la ville aliénante, la ville déshumanisante, revient comme une obsession chez l’auteur. Elle cristallise sa virulence à l’égard d’une civilisation qui relègue la culture dans les coulisses de la consommation, du marché, des loisirs, du plus sordide des matérialismes. D’où son intérêt pour les parias de la société, comme ici l’écrivain alcoolique, une jeune fille de 21 ans déjà porteuse de toutes les souffrances d’une femme, ainsi que d’autres éclopés de la vie. En de petits tableaux où il développe sa verve caustique, ravageuse et impitoyable, il proclame « l’amer plaisir de tenir » dans un univers qui va à la dérive. Pour ce faire, il dessine avec un humour décapant une autobiographie onirique ou sarcastique évoquant tantôt son père, tantôt sa chère maman, tantôt un ami, voire le chien d’un ami, mais surtout il dit l’amour dans sa dimension spirituelle. À l’image du tableau de sa femme Ferry C. qui illustre la couverture, l’écrivain procède par collages de textes, autant de fragments qui donnent le ton et le rythme de l’ensemble, des fragments où il crée sa propre langue, éloignée de toute convention. Comparant la démarche de Crickillon dans ce livre à celle de Rilke, Éric Brogniet écrit dans la superbe étude qui suit le texte : « Jacques Crickillon s’y affirme totalement, complètement, comme l’un de nos plus grands poètes lyriques, capable de réhabiliter le thème du désir et du sentiment amoureux, un sentiment humain mais aussi cosmique […] ». Découvrons donc ce portrait d’Indien lancé sur les sentiers d’une guerre d’un genre nouveau, une guerre d’un monde déserté par les dieux où l’homme seul se réinvente un sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Torrekens, « Crickillon (Jacques), L’Indien de la Gare du Nord », Textyles, 21 | 2002, 134.

Référence électronique

Michel Torrekens, « Crickillon (Jacques), L’Indien de la Gare du Nord », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 15 août 2005, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1060

Haut de page

Auteur

Michel Torrekens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org