Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Poirier (Jacques), Les écrivains français et la psychanalyse (1950-2000), Maux croisés

L’Harmattan, coll. L’œuvre et la psyché, 2001, 200 p.
Christian Demoulin
p. 133
Référence(s) :

Poirier (Jacques), Les écrivains français et la psychanalyse (1950-2000), Maux croisés. L’Harmattan, coll. L’œuvre et la psyché, 2001, 200 p.

Texte intégral

1Jacques Poirier enseigne la littérature et s’intéresse particulièrement au rapport des écrivains à la psychanalyse. Un premier ouvrage, publié aux Éditions Universitaires de Dijon en 1998, interrogeait ce rapport chez les écrivains français de la première moitié du XXe siècle. Cette fois, il aborde la deuxième moitié du siècle en présentant huit monographies. Il s’agit de Sartre, Althusser, Anzieu, Doubrovsky, Bauchau, Fernandez, Robbe-Grillet et Perec. Chacune de ces études est bien documentée et suscite l’envie de retourner aux œuvres pour poursuivre l’investigation.

2En même temps, le point de vue adopté peut susciter un malaise, malgré sa fécondité. En effet, Poirier aborde le rapport entre littérature et psychanalyse sous l’angle de la gémellité, comme l’indique le quatrième de couverture. L’accent est mis sur le rapport imaginaire, en miroir, qu’il s’agisse d’opposition duelle, de mimétisme ou d’un mélange des deux. Cette gémellité, Poirier la retrouve tant au niveau théorique — entre Freud et Sartre concernant l’inconscient ou entre Fernandez et Freud concernant l’homosexualité — qu’au niveau interpersonnel —fascination d’Anzieu pour Beckett ou de Pontalis pour son analysant, Perec.

3Une telle perspective renvoie à une conception post-freudienne de l’analyse — Poirier ne se réfère jamais aux avancées conceptuelles de Lacan concernant la jouissance — et risque de réduire la psychanalyse à un savoir préfabriqué à prétention de vérité (le savoir de l’Œdipe ?). Or, tout l’intérêt de la psychanalyse en tant qu’événement est dans son surgissement comme effet de vérité. Mais il y a une entropie de la vérité : elle se fige en idées reçues lorsqu’elle prétend se clore en savoir.

4L’intérêt de la rencontre entre littérature et psychanalyse me paraît se situer au niveau de l’effet de renouvellement qui peut en résulter, que ce soit pour la littérature ou pour la psychanalyse. Par exemple, plutôt que d’opposer Sartre à Freud, pourquoi ne pas prendre au sérieux le rejet de l’inconscient de cet auteur et tirer les enseignements de l’atypie de sa position subjective, non œdipienne, qui lui donne une grande liberté dans le champ du langage tout en le laissant menacé par l’objet regard ?

5Bauchau sur la route : par rapport à la gémellité, l’étude consacrée à Bauchau peut servir de contre-exemple. Chez Bauchau, il n’y a ni mimétisme ni rivalité mais continuité quasi naturelle entre la cure et l’écriture. Tout commence par la lecture de L’interprétation des rêves de Freud qui provoque chez Bauchau un rêve où Freud apparaît et auquel il répond par un grand cri. Le destin de Bauchau est dans ce rêve. Écrire sera pour lui répondre à Freud et « continuer par d’autres voies son analyse ». En effet, Bauchau se met à écrire pendant son analyse avec Blanche Reverchon, l’épouse de l’écrivain Pierre-Jean Jouve. Son premier grand texte La déchirure est la reprise d’un travail de type analytique à l’approche de la mort de sa mère. L’écriture est là pour rendre vivable l’irréparable de la déchirure. Ensuite, Le régiment noir naît d’un rêve lors d’une seconde tranche d’analyse (avec Conrad Stein). Par ce roman situé pendant la guerre de sécession, Bauchau fait vivre à son père le récit héroïque qu’il aurait aimé vivre. En même temps, il accomplit fictivement le meurtre du père et « libère l’esclave Johnson », soit les fantasmes de son enfance. Après quoi, Bauchau comme Œdipe peut partir sur les routes, géographie imaginaire qui figure la cure analytique et dont l’aboutissement est l’accès ...à l’écriture. L’étude de Poirier sur Bauchau met en évidence ce que la psychanalyse peut induire comme littérature, au-delà d’un effet mimétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Demoulin, « Poirier (Jacques), Les écrivains français et la psychanalyse (1950-2000), Maux croisés », Textyles, 21 | 2002, 133.

Référence électronique

Christian Demoulin, « Poirier (Jacques), Les écrivains français et la psychanalyse (1950-2000), Maux croisés », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 15 août 2005, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1055

Haut de page

Auteur

Christian Demoulin

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org