Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Imhauser (Fernand), Œuvres poétiques

Préface de Francis Edeline. Soumagne, Tétras Lyre, coll. Lyre Sans Bornes, 2000, 188 p.
Laurent Demoulin
p. 132-133
Référence(s) :

Imhauser (Fernand), Œuvres poétiques. Préface de Francis Edeline. Soumagne, Tétras Lyre, coll. Lyre Sans Bornes, 2000, 188 p.

Texte intégral

1Même si elle n’est connue qu’au sein d’un microcosme socio-culturel local, il existe une légende du poète Fernand Imhauser. Qui fréquente le milieu poétique liégeois entend tôt ou tard parler de lui : publication à 21 ans, en 1949, d’un recueil au titre frappant, Le Phoque mâle, que salue Marcel Thiry ; périple en Afrique où disparaissent de nombreux manuscrits et décès précoce, à 40 ans, au bout d’une vie tourmentée. Cependant, malgré la légende, les textes étaient jusqu’il y a peu difficiles d’accès, la dernière édition en date remontant à 1971.

2Les Œuvres poétiques parues en l’an 2000 sont plus complètes que les Œuvres poétiques complètes publiées par ses amis de 1971 (aux Éditions Temps Mêlés, Verviers), puisqu’elles comptent plusieurs textes inédits. Mais elles ont renoncé à l’exhaustivité, car, comme s’en explique Francis Edeline dans sa préface, des poèmes « de jeunesse » inaboutis ont été retrouvés en si grand nombre qu’ils auraient nui à l’ensemble. Seuls les meilleurs d’entre eux ont donc été retenus. Les Œuvres poétiques contiennent d’abord les deux recueils publiés par Imhauser de son vivant : Le Phoque mâle (1949) et Varietur (1954) puis des « Textes épars » classés chronologiquement et réunissant des inédits, les poèmes parus en revue et ceux qui se trouvaient déjà dans l’édition de 1971. La fin du livre accueille en annexes des textes critiques : préface de Marcel Thiry au Phoque mâle, postface de Hadelin Trinon au même recueil et deux avant-propos publiés en 1965 en revue, l’un de Marcel Hicter et l’autre, à nouveau, de Marcel Thiry. Si le volume ne contient pas de notice bio-bibliographique, quelques indications parsèment, de manière tout à fait originale, la table des matières : on y apprend par exemple que tel poème est écrit à l’occasion de la mort d’une fille d’Imhauser. Enfin, plusieurs fac-similés de manuscrits et un portrait du poète par Nelly Sauvage illustrent l’ouvrage.

3Outre qu’elle rend compte du minutieux travail éditorial accompli, la préface de Francis Edeline cherche à décrire la trajectoire d’Imhauser et à faire état de son « don » poétique. La trajectoire paraît limpide : poèmes de jeunesse dont la fantaisie est bridée par un classicisme scolaire, passage par le vers libre avant d’opter, grâce aux conseils de Marcel Thiry, pour une « synthèse entre le modernisme du propos et le classicisme inflexible de la forme », sans s’enfermer pour autant dans un modèle unique. Quant au talent d’Imhauser, Francis Edeline en voit les preuves non seulement dans la force poétique des vers, mais aussi dans la correspondance. Il y relève en effet nombre d’alexandrins et de formules saisissantes surgissant comme par miracle du plus pur prosaïsme.

4Si la notion de « don » peut surprendre a priori, on comprend son emploi lorsque l’on lit ces Œuvres poétiques. Avec une facilité déconcertante, Imhauser passe en effet d’un ton, d’un genre, d’un modèle à un autre. Il semble être capable d’écrire brillamment de toutes les façons. Francis Edeline note là l’influence de Saint-John Perse, ici de Patrice de la Tour du Pin, un peu partout de Thiry. On a envie d’y ajouter Ronsard, Rimbaud, Mallarmé, Queneau, Eluard, Verlaine, Laforgue, Valéry et même Musset… Il ne s’agit que d’échos diffus, parfois lointains, et certains textes ne rappellent personne. Cependant, la variété de la palette d’Imhauser n’est pas seulement formelle. Le poète explore toute la gamme sémantique qui va de la clarté du sens à l’obscurité. Et les thèmes les plus divers sont abordés, du détail concret à l’ouverture cosmique, du récit autobiographique au rêve éveillé, de la déclaration d’amour à l’évocation de la mort. Une unité émerge pourtant de l’ensemble, grâce à certaines obsessions thématiques (il est sans cesse question des « mains » par exemple), aux tendances formelles que Francis Edeline analyse et à une constante de l’écriture d’Imhauser : sa force.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Imhauser (Fernand), Œuvres poétiques », Textyles, 21 | 2002, 132-133.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Imhauser (Fernand), Œuvres poétiques », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 15 août 2005, consulté le 20 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1053

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org