Navigation – Plan du site

La vie littéraire selon Le Soir

Bibiane Fréché
p. 101-108

Texte intégral

1On n’imagine pas, aujourd’hui, un quotidien sérieux sans son supplément « livres ». Pourtant, peu avant la Seconde Guerre mondiale, aucun journal ne dédiait de page à cette thématique. C’est d’abord La Libre Belgique qui innova, suivie quelques années plus tard par Le Soir. Nous nous pencherons sur le cas du Soir, dans un article avant tout programmatique, qui ne prétend pas tout dire, mais espère plutôt lancer des pistes de réflexion. Nous nous attacherons plus particulièrement aux années 1947-1955, période durant laquelle la page littéraire du Soir se constitue et pose les jalons de son organisation, de sa méthode de travail et de ses objectifs.

  • 1 Voir Stéphany (Pierre), La Libre Belgique : histoire d’un journal libre (1884-1996), Louvain-la-Neu (...)

2Rubrique dominicale d’une à deux colonnes, « La Vie littéraire » devient une page à part entière du Soir le 8 février 1947. Sans qu’on puisse l’affirmer, il semble que la reparution de la page « Les livres et les idées » de La Libre Belgique ait agi comme un élément déclencheur. Depuis le 15 septembre 1936, La Libre consacre en effet une page complète à l’actualité littéraire, sous la direction du chanoine Paul Halflants. Après une interruption forcée durant la guerre, la page renaît le 5 décembre 1946, une fois les problèmes d’approvisionnement en papier résolus. La majorité des articles, non signés comme le veut la tradition de La Libre Belgique, sont rédigés par le Père Pirard, suite au décès de Paul Halflants en 1945. Le nouveau directeur littéraire s’adjoint en 1949 une assistante, Suzanne De Vester, qu’il a rencontrée à la messe à l’Église Sainte-Marie-Madeleine de Bruxelles1.

  • 2 Pour l’historien de la littérature, voir, entre autres, Histoire de la littérature belge d’expressi (...)
  • 3 « Présentation », Le Soir, 8 février 1948, p. 7.
  • 4 Voir par exemple Une visite au « Soir », Bruxelles, Rossel & Cie, 1953, p. 33 ou Le Soir : soixante (...)
  • 5 « Présentation », op. cit.

3Du côté du Soir, la page littéraire est dirigée, jusqu’en 1954, par Henri Liebrecht, dramaturge, essayiste et historien de la littérature2, élu membre philologue de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1945. La page a pour modeste objectif de consigner « [t]out ce qui fait l’intérêt de la vie littéraire »3, en signalant les ouvrages les plus intéressants parus dans les domaines littéraire, historique, scientifique, politique, social et intellectuel. Soucieuse de respecter son indépendance confessionnelle et politique régulièrement affirmée4, la page entend brasser « les principes les plus opposés et les théories les plus variables », en dégageant « les idées essentielles qui s’y trouvent exprimées »5. Chaque collaborateur apporte son bagage sociopolitique et intellectuel, de sorte que la totalité des contributions donne l’image d’une certaine indépendance et d’une certaine objectivité.

4« La Vie littéraire » paraît chaque samedi. Elle reprend, du moins les premières années, deux rubriques déjà existantes : « Les revues belges » de Maurice Gauchez, chronique des revues littéraires et intellectuelles, et « La vie et son train » d’Arsène Soreil, une chronique littéraire, parfois écrite sur un mode poétique ou romancé, qui a trait à la littérature, le plus souvent française, des siècles précédents. La rubrique épisodique « Les livres », consacrée à la critique littéraire, disparaît en tant que telle. C’est cependant le volet des critiques de livres qui se trouve le plus étoffé dans la nouvelle page du Soir.

  • 6 Statistiques partielles réalisées à partir du dépouillement du Soir, à raison de 25 pages littérair (...)
  • 7 Seul l’un d’entre eux nous demeure mystérieux, tout comme aux archives du Soir et aux différents ou (...)

5Jusqu’au 18 mai 1955, moment où la page évolue légèrement et où elle est déplacée au mercredi, Adrien Jans, Marcel Lobet, Jean Mogin et Henri Liebrecht se partagent plus de 40 % des articles signés6. Si ces noms sont bien connus, c’est parce que les articles du Soir, contrairement à ceux de La Libre Belgique, sont attribués à un auteur clairement identifié7. Seuls les entrefilets sur les publications récentes et les courtes annonces sur les activités des associations et groupements littéraires restent anonymes.

6Docteur en droit et bachelier en philosophie thomiste de l’Université catholique de Louvain, Adrien Jans (1905-1973) a publié de nombreux essais sur la littérature, mais aussi des recueils de poèmes et des romans. Pilier, dès ses débuts, de la page littéraire, il est aussi le plus prolixe (14,16 % des contributions). Il aborde aussi bien des auteurs belges francophones que des Français ou des étrangers. Arrivé de La Nation belge en 1950, Marcel Lobet (1907-1992) est issu de la même génération que Jans. Il dédie la moitié de ses critiques aux écrivains français, mais s’intéresse aussi aux auteurs belges ou étrangers (10,44 %). Henri Liebrecht (1884-1955) est le doyen des trois rédacteurs littéraires. Il écrit des critiques, ainsi que des articles d’histoire littéraire, sur des auteurs des siècles passés ou sur des thématiques spécifiques, telles que l’amour en littérature, la contrefaçon ou encore les publications posthumes (8,14 %). Cet enfant de diplomate est par ailleurs attentif à la littérature de voyage, pour laquelle il se passionne. Jean Mogin (1921­1986), enfin, est journaliste à l’Institut national de radiodiffusion belge, où il deviendra chef des services dramatique et littéraire en 1953. Sans être engagé professionnellement à la rédaction du Soir, il collabore très assidûment à « La Vie littéraire » à partir de 12 décembre 1950 (9,2 %), en se consacrant presque exclusivement aux littératures étrangères. Bien intégré dans les institutions culturelles malgré son jeune âge (il est aussi membre de la SACD depuis 1950), il baigne dans les milieux littéraires depuis l’enfance : fils de Géo Norge, il est lui aussi poète et partage sa vie avec la poétesse Lucienne Desnoues.

  • 8 Dans les années 1930, Edmond Vandercammen a visité l’Espagne avec sa femme, Charles Plisnier, Alber (...)

7Certaines spécialités ont leur(s) collaborateur(s) attitré(s). Jeune chercheur en histoire à l’Université libre de Bruxelles (il soutient sa thèse de doctorat en 1950), John Bartier rédige la chronique mensuelle « Les livres d’histoire ». Fidèle à ses goûts personnels8, Edmond Vandercammen se charge de la littérature hispanophone. Marie Forestier puis André Wilmots s’occupent de la littérature anglo-saxonne. Plusieurs spécialistes français présentent ce qui s’écrit dans leur pays. Dès 1947, Pierre Descaves offre, une à deux fois par mois, une critique sur la littérature contemporaine, notamment dans la rubrique « Choses et gens de Paris ». Élu président de la Société des gens de lettres de France en 1950, il espace ses contributions, pour arrêter toute collaboration suivie avec Le Soir lors de sa nomination au poste d’administrateur général de la Comédie-française en 1953. À partir de 1949, Robert Kemp, critique littéraire au Monde, rédige un article mensuel sur la littérature contemporaine ou sur les parutions d’essais consacrés aux grandes figures littéraires du xixe siècle comme Hugo, Balzac, Gérard de Nerval ou Rimbaud. Il prend la relève de Pierre Descaves à partir de 1953, en proposant deux à trois articles par mois. Agrégé de lettres et romancier, Paul Guth, enfin, écrit, à partir de 1950, une chronique de la vie intellectuelle parisienne, de la rue d’Ulm à Saint-Germain-des-Prés. Il donne aussi des articles plus thématiques sur les rapports entre la littérature et l’automobile, la technique ou la cuisine, ou encore sur les écrivains malades. Pierre Borel et Pierre Chanlaine apportent également leur contribution à la diffusion de la littérature française. Petit à petit, des rubriques spécifiques naissent et dynamisent « La vie littéraire » : Vera Fosty traite de la littérature soviétique, René Klopfenstein de la littérature suisse romande, Gaston-Denys Périer de la littérature coloniale, etc. La page littéraire du Soir gagne ainsi progressivement en spécialisation, ce qui lui donne un aspect à la fois éclectique, structuré et sérieux.

8D’autant que l’on insiste sur les titres et mandats des collaborateurs et rédacteurs, comme pour souligner encore davantage leur compétence. Dès la création de la page, on trouve ainsi les signatures de « Carlo Bronne de l’Académie », « Constant Burniaux de l’Académie », « Gustave Charlier de l’Académie », « Henri Liebrecht de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique » et « Fernand Desonay professeur à l’Université de Liège ». Louis Piérard, Lucien Christophe, Edmond Vandercammen ou Roger Bodart, tous « de l’Académie », ou encore Pierre Descaves, « président de la Société des gens de lettres de France » s’ajoutent ensuite au gré des nominations et des collaborations. Il semble donc que Le Soir entretienne des rapports privilégiés avec l’Académie royale de langue et de littérature. Ce n’est vrai qu’en partie : hormis Henri Liebrecht, directeur des services littéraires, les deux rédacteurs attitrés de la page littéraire, Adrien Jans et Marcel Lobet, ou encore le collaborateur assidu Jean Mogin, ne sont pas issus de l’Académie. Jans et Lobet y entreront néanmoins respectivement en 1965 et en 1970. S’il est bien sûr prématuré d’établir un lien de cause à effet entre la collaboration à la page littéraire du Soir et l’élection à l’Académie, ou vice versa, il serait intéressant d’étudier la trajectoire des rédacteurs et collaborateurs littéraires réguliers du Soir, qu’on pense aussi à trois des derniers secrétaires perpétuels de l’Académie, Georges Sion, Jean Tordeur et Jacques De Decker, qui ont tous trois œuvré pour les services culturels du quotidien.

  • 9 En 1947, Fernand Desonay publie une série de chroniques bimensuelles sur le bon usage de la langue, (...)

9Sans analyser plus avant cette question dans cet article, nous voudrions souligner que les rédacteurs et collaborateurs de la page littéraire sont majoritairement écrivains. Pour ne citer que les plus réguliers, Adrien Jans, Jean Mogin, Henri Liebrecht, Edmond Vandercammen, Carlo Bronne, Denis Marion (correspondant depuis Paris), Constant Burniaux, Georges Linze, Armand Bernier, Gaston-Denys Périer, Arsène Soreil, Maurice Gauchez, Roger Bodart, Charles Bertin, Albert Ayguesparse, Vera Fosty, Joseph Delmelle et Franz Hellens sont tous écrivains. Sur la trentaine de critiques qui collaborent au moins vingt fois à la page littéraire durant ses neuf premières années d’existence, seuls quelques cas font exception, mais sans rompre la logique implicite du quotidien basée sur la « compétence » des rédacteurs : John Bartier, historien, prend en charge la rubrique liée à son domaine ; Gustave Charlier, professeur de littérature à l’Université libre de Bruxelles, rédige des articles d’histoire littéraire ; Fernand Desonay, professeur de philologie romane et de littérature à l’Université de Liège, aborde principalement les littératures classiques et du xvie siècle, et s’ingénie à « défendre le français »9 ; Marcel Lobet et Nelly Cormeau, enfin, sont des essayistes spécialisés en critique littéraire. Les collaborateurs français, de leur côté, semblent davantage spécialisés en critique et en histoire littéraire, du moins est-ce le cas de Robert Kemp, Pierre Descaves et Pierre Borel. Paul Guth, lui, évoluera progressivement du journalisme à l’écriture littéraire et débutera en 1953 la publication de son cycle romanesque du Naïf. Le recrutement belge et français semble donc différent, ce qui inviterait à mener une étude comparative sur la trajectoire des critiques littéraires des deux pays.

  • 10 Hommel (Luc), « Le Fonds national de la littérature », dans Bulletin officiel de l’Association des (...)

10Faire de la page littéraire un lieu de discussion et d’évaluation par les auteurs eux-mêmes est une arme à double tranchant. D’un côté, l’écrivain est sans doute la personne la plus apte à évoquer le milieu littéraire, qu’il connaît bien, et de l’intérieur. De l’autre, il ne peut porter de jugement objectif - si tant est qu’il en existe - sur l’actualité littéraire et sur ses pairs. La légitimité de ces critiques-écrivains, à la fois juges et parties, est donc régulièrement contestée, par la critique universitaire, mais aussi par les écrivains eux-mêmes. Ces derniers condamnent cette camaraderie - d’autant plus importante que la Belgique littéraire est petite et se structure principalement autour de réseaux d’amitiés et de connaissances - entre écrivains et critiques, ce « [...] mal de notre littérature »10. Par ailleurs, l’activité des critiques recoupe des enjeux liés à leurs propres publications littéraires. Comme l’explique, certes de manière schématique, le poète Robert-Lucien Geeraert, les écrivains-critiques se rendent des services mutuels :

  1. je parle de toi, parce que tu as parlé de moi

  2. je parle de toi, parce que tu parleras de moi

  3. je ne parle pas de toi, parce que tu n’as pas parlé de moi

    • 11 Archives Robert-Lucien Geeraert, carnet de notes personnelles.

    je ne parle pas de toi, parce que tu ne parleras jamais de moi11

  • 12 Voir Interview d’André Gascht le 6 novembre 2003 par moi-même, et Fréché (Bibiane), Entre rupture e (...)

11Ces réseaux serrés de relations n’incitent pas les critiques à développer un argumentaire objectif et, sans doute, empêchent-ils la littérature belge de posséder une instance critique capable de produire un discours réellement polémique. Quand de rares écrivains-critiques se paient le luxe de juger plus sévèrement leurs contemporains, ils sont d’ailleurs montrés du doigt avec étonnement et rancœur. Ainsi, la poétesse Louis Dubrau et le jeune André Gascht, bien décidés à produire des critiques objectives et sans complaisance, sont surnommés par les auteurs de l’époque le « comité de la hache »12. Une étude approfondie du contenu et de la rhétorique mise en œuvre par les critiques littéraires, ainsi que de leurs réseaux de relations, apporterait une connaissance nouvelle sur le fonctionnement de la critique en Belgique, et, dès lors, sur la transmission et l’image sociale de la littérature, qu’on a tendance à négliger dans les histoires littéraires.

  • 13 Stéphany (Pierre), La Libre Belgique : histoire d’un journal libre (1884-1996), op. cit., p. 275.

12Par ailleurs, comparer la situation du Soir et de La Libre Belgique pourrait se révéler utile, à l’heure d’examiner les stratégies déployées par les deux quotidiens. Le premier privilégie un large groupe de collaborateurs, clairement identifiés pour la plupart, et dont la diversité semble tout à fait en phase avec la volonté d’indépendance du quotidien par rapport aux piliers et aux opinions sociopolitiques et intellectuelles. La page littéraire de La Libre vit par contre principalement grâce à deux personnes, qui ne signent pas leurs textes, et qui sont clairement étiquetées catholiques. Même si leur identité constitue un secret de polichinelle dans les milieux avertis, le quotidien aime cultiver le mystère. Paul Jourdain suggère ainsi au Père Pirard de signer « Un des trois » pour brouiller les pistes : « Comme ça, on ne saura jamais qui a écrit, on croira que vous êtes plusieurs. »13 Ce faisant, La Libre préserve l’anonymat de ses rédacteurs, ce qui explique peut-être que le Père Pirard se révèle parfois particulièrement acerbe, par exemple à l’égard de Jean-Paul Sartre et d’André Gide, dont les productions littéraires ne cadrent pas avec sa vision de la société. Cela ne veut pas dire que la liberté et la fermeté de ton sont absentes de la page littéraire du Soir. Denis Marion, correspondant du quotidien à Paris après la Libération, se fend de « billet [s] dur [s] », dans lesquels il tente d’offrir une critique objective.

13Le titre des pages littéraires du Soir et de La Libre révèle en partie la vision que se font de la littérature ses concepteurs. « La vie littéraire » semble s’attacher à l’ensemble des parutions et des hommes qui sillonnent le monde littéraire. Afin d’atteindre cette « vie littéraire » dans ses moindres recoins, Le Soir s’adjoint de nombreux collaborateurs, issus de différents horizons, qu’ils soient consacrés ou moins avancés dans leur carrière littéraire. « Les livres et les idées » de La Libre semble davantage se focaliser sur le contenu véhiculé par les livres et sur le message que les auteurs font passer auprès de leurs lecteurs, qu’il faut préserver des lectures malsaines. Le Soir n’est cependant pas insensible au lectorat, même s’il le conseille plutôt dans le but de lui éviter de perdre son temps avec des lectures ennuyeuses. Le Soir et La Libre diffusent donc une image différente de la littérature et de ses usages, idée qui n’est pas neuve, mais qu’il conviendrait de creuser systématiquement.

  • 14 Deauville (Max), « Le Prix Rossel 1949 », Bulletin officiel de I’aeb, n° 1, janvier 1950, p. 430.
  • 15 Ibidem, p. 429.
  • 16 Culot (J[ean]-M[ariej), Le Sort des écrivains français de Belgique, Bruxelles, Le Thyrse, 1954, p.  (...)
  • 17 Ibidem, p. 37.
  • 18 Rency (Georges), « Le Jury du Prix Victor Rossel 1950 », Le Soir, 13 mai 1950, p. 7.

14En 1939, Le Soir se dote d’un prix, démarche que n’entreprendra jamais La Libre. Ce prix, le Rossel, gagne rapidement ses lettres de noblesse après la Libération. Dès 1950, Max Deauville, président du jury pour l’année en cours, souligne la valeur de la récompense, pour laquelle « les éditeurs manifestent [...] le plus vif intérêt [...] en cherchant à s’assurer la priorité de publication de l’œuvre [...] désignée »14 C’est ainsi que « le nombre augmente sans cesse des écrivains ayant déjà un nom et une œuvre littéraire, et qui ont la louable ambition d’obtenir [le prix] »15. Quelques années plus tard, Jean-Marie Culot affirme sans retenue que le Rossel fait partie, avec le Prix triennal du Ministère de l’Instruction publique, des prix belges les plus « retentissants »16 et « important [s] »17. Si le Rossel s’est rapidement imposé dans les milieux littéraires, c’est notamment grâce à la vaste campagne que mène annuellement le Soir en faveur de son prix. La page littéraire constitue en effet une véritable vitrine du Rossel : annonces officielles de l’ouverture du concours, rappel d’échéance aux candidats, et, surtout, des encadrés, de quinze à cinquante lignes environ, réservés au jury. Chaque juré y rédige une sorte de billet d’humeur, sur le genre du roman. Georges Rency (« de l’Académie ») s’exprime ainsi sur le roman en 1950 : « Créer et faire vivre des caractères, dans une intrigue intéressante et dans un milieu social déterminé, telle est, à mon sens, la vraie mission du Roman. Tout le reste me semble bavardage prétentieux ou contes à dormir debout. »18 D’autres jurés s’expriment sur l’utilité des prix littéraires ou, plus largement, sur la vie intellectuelle de l’époque. Ces encadrés permettent ainsi d’identifier les jurés, mais aussi de cerner l’évolution des conceptions littéraires qui caractérisent les différents jurys. Ils constituent une source intéressante de prises de position sur ce que doit être la littérature consacrée de l’époque, et mériteraient une étude spécifique. Présentant les jurés comme d’éminents spécialistes de la littérature, ces encadrés, sorte de publicité intellectualisée, légitiment également le prix Rossel et lui donnent un style dynamique. Illustrés par une photo du juré concerné, les encadrés agrémentent en effet la mise en page et ressortent visuellement du reste des contributions.

  • 19 « Présentation », op. cit.

15Le Soir s’impose ainsi progressivement comme une référence de choix en littérature, proposant un prix ainsi qu’une page spécialisée, rédigée par des hommes de l’art, en partie consacrés. Sans damner le pion à La Libre Belgique, qui s’adresse à un public marqué confessionnellement et socialement, Le Soir s’érige donc comme instance littéraire consacrante, à la fois par ses critiques et par ses récompenses. Cette montée en puissance du Soir, tout comme la reparution de la page de La Libre Belgique, sont emblématiques de l’évolution institutionnelle du littéraire en Belgique après la Libération. Les Lettres se dotent en effet de plusieurs institutions (dont les plus marquantes sont le Fonds national de la Littérature et le Théâtre national) et mettent en place diverses conditions préalables à l’autonomisation par rapport au champ littéraire français. À sa manière, Le Soir saisit d’ailleurs ce moment historique, lui qui ouvre sa première page littéraire sur les mots suivants : « Jamais la littérature n’a eu plus d’importance qu’à notre époque. »19 Il manquera cependant toujours un marché à la Belgique, ce qui ne lui permettra jamais de se rendre totalement indépendante de la France. L’exiguïté du marché allant de pair avec celle du personnel littéraire, il lui manquera aussi une instance critique indépendante. Quoi qu’il en soit, il n’est pas anodin que les pages littéraires de La Libre puis du Soir apparaissent au moment où le littéraire se donne les moyens d’exister, en Belgique, de manière plus ou moins autonome. Leur création s’associe à cette phase d’efflorescence qui suit la Libération et dont les grandes acquisitions institutionnelles demeurent encore aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Voir Stéphany (Pierre), La Libre Belgique : histoire d’un journal libre (1884-1996), Louvain-la-Neuve, Duculot, 1996, pp. 275-276.

2 Pour l’historien de la littérature, voir, entre autres, Histoire de la littérature belge d’expression française, Bruxelles, Verlinden, 1909 ; Histoire du théâtre français à Bruxelles au XVIIe et au XVIIIe siècles, Paris, Champion, 1923 ; Histoire illustrée de la littérature belge de langue française (avec Georges Rency), Bruxelles, Verlinden, 1926, 2e édition revue et augmentée en 1931 ; Albert Giraud, Bruxelles, Office de la Publicité, 1946 (sera considérablement augmenté en 1951, aux éditions de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique).

3 « Présentation », Le Soir, 8 février 1948, p. 7.

4 Voir par exemple Une visite au « Soir », Bruxelles, Rossel & Cie, 1953, p. 33 ou Le Soir : soixante-quinze années au service de l’Opinion. Livre jubilaire 1887-1962, Bruxelles, Rossel & Cie, 1961, p. 69.

5 « Présentation », op. cit.

6 Statistiques partielles réalisées à partir du dépouillement du Soir, à raison de 25 pages littéraires par an (+/- 50 % du total), réparties tout au long de l’année.

7 Seul l’un d’entre eux nous demeure mystérieux, tout comme aux archives du Soir et aux différents outils de références en la matière — dont la base de données du ciel sur les écrivains belges (http://ciel.philo.ulg.ac.be/cielwww/) et le Dictionnaire des journalistes-écrivains de Belgique de Lionel Bertelson (Bruxelles, Section bruxelloise de l’Association générale de la presse belge, 1960). Il s’agit d’un certain D. A., collaborateur régulier de la page littéraire à partir de 1950.

8 Dans les années 1930, Edmond Vandercammen a visité l’Espagne avec sa femme, Charles Plisnier, Albert Ayguesparse et leurs épouses, avant de partir pour Cuba, le Mexique et la Louisiane, en compagnie de Karel Jonkheere.

9 En 1947, Fernand Desonay publie une série de chroniques bimensuelles sur le bon usage de la langue, intitulées « Défendre le français ».

10 Hommel (Luc), « Le Fonds national de la littérature », dans Bulletin officiel de l’Association des écrivains belges, janvier-juin 1954, p. 852.

11 Archives Robert-Lucien Geeraert, carnet de notes personnelles.

12 Voir Interview d’André Gascht le 6 novembre 2003 par moi-même, et Fréché (Bibiane), Entre rupture et continuité. Le champ littéraire après la Seconde Guerre mondiale, thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, pp. 254-256.

13 Stéphany (Pierre), La Libre Belgique : histoire d’un journal libre (1884-1996), op. cit., p. 275.

14 Deauville (Max), « Le Prix Rossel 1949 », Bulletin officiel de I’aeb, n° 1, janvier 1950, p. 430.

15 Ibidem, p. 429.

16 Culot (J[ean]-M[ariej), Le Sort des écrivains français de Belgique, Bruxelles, Le Thyrse, 1954, p. 14.

17 Ibidem, p. 37.

18 Rency (Georges), « Le Jury du Prix Victor Rossel 1950 », Le Soir, 13 mai 1950, p. 7.

19 « Présentation », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « La vie littéraire selon Le Soir », Textyles, 39 | 2010, 101-108.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « La vie littéraire selon Le Soir », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/105 ; DOI : 10.4000/textyles.105

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

FRS - FNRS - Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org