Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Vanderborght (Paul), Poésie

Amay, Maison de la Poésie, coll. L’Arbre à Paroles, 2000
Pierre Halen
p. 130-131
Référence(s) :

Vanderborght (Paul), Poésie. Amay, Maison de la Poésie, coll. L’Arbre à Paroles, 2000, 203 p. – ISBN 2-87406-119-0.

Texte intégral

1On redécouvre la génération des poètes « modernistes » de l’entre-deux-guerres : Périer, Haulleville, Purnal, Flouquet, Pierre Bourgeois et bien d’autres parmi lesquels il faudrait aussi resituer les essais de Hellens et les fulgurances de Plisnier. Tous, quoique sans doute pour des raisons diverses, œuvrèrent à quelque distance des mouvances dadaïstes et surréalistes dont les legs tant verbaux que picturaux ont été, dans l’ensemble, davantage étudiés et réédités. Après Périer (chez Jacques Antoine), Haulleville (au Cri), Purnal (à la Différence), c’est au tour de Paul Vanderborght d’avoir les honneurs d’une réédition.

2La Collection de l’Arbre à Paroles propose une anthologie largement ouverte sur les recueils principaux du poète : les Images du Rallye (1922-23), les Messageries d’Orient (1929) et Plaine. Poèmes du Nord (1932). On y ajoute des extraits tirés de recueils antérieurs (La Joie douloureuse), une réflexion sur la versification et une provision de poèmes inédits, ainsi que les bonnes pages du recueil Hellade, voué à la Grèce et à un certain retour au classicisme.

3Cela fait un beau livre, sûrement, bien imprimé sur le traditionnel papier Conquéror qu’affectionne la Maison de la Poésie d’Amay. Néanmoins, comme on eût apprécié, pour le même prix de revient, un peu plus de souci philologique ! Certes, la longue introduction d’André Doms est assez riche et cadre bien l’homme et l’œuvre. Mais on se demande pourquoi l’on nous a privé d’une bibliographie de l’auteur et ne serait-ce que d’une petite note concernant le choix qui est aujourd’hui proposé. Les dates de première publication, comme si cela n’avait aucune importance, ne figurent pas devant chaque section, et n’apparaissent pas toujours non plus dans la « Lecture ».

4Cela dit, ne négligeons pas l’essentiel : Vanderborght est à relire. Pour ses Images du Rallye, notamment, dont la valeur anecdotique n’est en rien à négliger dans la mesure où elle nous restitue un climat, celui de La Lanterne sourde. Pour ses Messageries d’Orient, ensuite, inspirées par le long séjour que l’auteur fit en Égypte, qui témoignent d’un temps où l’exotisme se cherchait un nouveau souffle. André Doms attire aussi l’attention sur deux données significatives : l’une est morale, et c’est l’unanimisme fraternel qui a si profondément marqué le poète ; l’autre est prosodique, et ce sont les évolutions successives d’un versificateur ouvert aux formules nouvelles, d’un chercheur d’autres accords et d’autres résonances, qui peut-être n’est pas à séparer du poète unanimiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Vanderborght (Paul), Poésie », Textyles, 21 | 2002, 130-131.

Référence électronique

Pierre Halen, « Vanderborght (Paul), Poésie », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1045

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org