Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Plisnier (Charles), Œuvres poétiques complètes

Bruxelles, Académique royale de langue et de littérature françaises, 3 tomes, 2000
Gérald Purnelle
p. 129-130
Référence(s) :

Plisnier (Charles), Œuvres poétiques complètes. Bruxelles, Académique royale de langue et de littérature françaises, 3 tomes, 2000, 409+395+297 pp.

Texte intégral

1Destinée à remplacer celle qui parut en un volume chez Labor (Œuvre poétique, 1979), cette édition constitue un nouvel effort, à vingt ans de distance, pour remettre à l’avant-plan l’œuvre d’un poète singulier que le romancier qu’il fut avant tout aux yeux du public continue d’occulter. En outre, elle peut à bon droit se targuer de réunir « pour la première fois l’ensemble de l’œuvre poétique de Charles Plisnier », ainsi que l’indique le substantiel avertissement de Charles Bertin. Deux recueils, en effet, et non des moindres (« deux étapes essentielles dans l’itinéraire spirituel et poétique de Plisnier »), qui manquaient dans le volume de 1979, alors qu’ils étaient « pratiquement inconnus de tous », sont heureusement repris ici (ce qui porte à onze le nombre de recueils). Le premier, Élégies sans les anges, écrit en 1922, constitue le point auquel le poète lui-même faisait commencer son œuvre poétique, puisqu’il avait renié ses quatre premiers recueils, trop juvéniles (1913-1920). Il n’avait paru qu’en 1930 ou 1931, sous la forme d’un fac-similé de manuscrit, en tirage très limité, ce qui, selon Charles Bertin, explique son absence dans l’édition de 1979. L’autre, Histoire sacrée (paru en 1931 mais écrit en 1926), qui occupe plus de 200 pages, semble avoir été écarté de celle-ci pour de tout autres raisons : un « silence réprobateur », voire une censure, liés au contenu de ce « roman lyrique » (Bertin) jugé blasphématoire.

2Cette nouvelle édition invite donc autant à une double découverte qu’à une relecture de l’œuvre. Et les éditeurs ne pouvaient mieux faire, pour y aider le lecteur, que d’y reproduire la longue préface qu’Albert Ayguesparse avait donnée à l’édition de 1979. Fraternelle et éclairée, elle restituait avec une admirable rigueur le parcours poétique du poète, successivement nourri aux trois sources du surréalisme, du communisme et de la foi chrétienne. L’articulation de ces trois axes dans la biographie poétique d’un auteur engagé en poésie comme en politique est éclairante (et à ce titre, capitale est la redécouverte d’Élégies sans les anges, où, à des motifs modernistes bien de leur époque — le voyage, la ville, les trains, les bars… —, se combinent les débuts d’une écriture spontanée et fulgurante, déjà teintée de surréalisme, et les prémices d’une thématique sociale visionnaire). Ayguesparse parcourt ces diverses étapes : le refus discipliné de publier de la poésie durant l’engagement communiste des années 1920, la libération des « forces poétiques du subconscient », la polémique avec Breton sur l’implication politique du surréalisme et de la poésie, la trilogie révolution Que notre règne arrive, où Plisnier « rejoint le siècle », enfin la conversion religieuse.

3Peut-être faut-il regretter que rien ne nous soit donné à lire des quatre premiers recueils, reniés par Plisnier — fût-ce sous la forme d’un choix sévère mais illustratif. Au vu de ce que nous apprend Élégies sans les anges, l’appréhension d’un tel parcours poétique en eût été enrichi et complété. L’interdit du poète était-il à ce point contraignant qu’il fut impossible de faire de même, par exemple, que dans l’édition des poésies complètes de Marcel Thiry, parue dans la même collection, et où figurait, en annexe, son premier recueil de jeunesse ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Plisnier (Charles), Œuvres poétiques complètes », Textyles, 21 | 2002, 129-130.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Plisnier (Charles), Œuvres poétiques complètes », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1041

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org