Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Mélot du Dy, Poèmes choisis

Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Poésie Théâtre Roman, 2001
Gérald Purnelle
p. 128-129
Référence(s) :

Mélot du Dy, Poèmes choisis. Préface de Philippe Jones. Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Poésie Théâtre Roman, 2001, 290 pp.

Texte intégral

1Après plusieurs autres volumes (Kegels, Kammans, Mogin, Scheinert, Vivier), l’Académie republie cette année Mélot du Dy, né en 1891, poète en vue entre les deux guerres, qui participa à l’aventure du Disque vert et partagea avec Odilon-Jean Périer la particularité d’avoir publié aux éditions de la N.R.F. dans les années 20. Ce choix de poèmes, préfacé par Philippe Jones, est en réalité la reproduction anastatique du Choix de poésies paru en 1960 aux Éditions Universitaires (Paris) et qu’introduisait déjà le même préfacier.

2On ne peut que se réjouir de voir remis à l’ordre du jour un poète que ses caractéristiques éloignent peut-être plus que jamais de notre époque ; et c’est justement le pari que risque Philippe Jones, qui à un monde de « nivellement démagogique » et de « libéralisme dévoyé » veut opposer « le gratuit, la poésie, l’esprit ». On appréciera la préface qu’il nous donne, où l’objectivité attentive ne le cède en rien à l’amitié posthume.

3Élégant, funambule, fantaisiste, chantre de la femme, moraliste, Mélot du Dy mêle, dès 1919 (où commence la période couverte par le choix) deux traits marquants, par lesquels il participa à sa manière, discrète et aristocratique, aux tendances modernistes qui animèrent nos lettres dans les années 20 : une expression de soi comme détachée et passablement auto-dérisoire, un lyrisme ironique — ce en quoi il a pu être maintes fois rapprochés des fantaisistes français (Derême, Pellerin, etc.), comme le rappelle Philippe Jones — et un goût formel pour l’assonance savante, les jeux de l’esprit et un soupçon d’étrangeté qui l’apparentent à quelques belges contemporains et amis, tels Purnal ou Périer. À partir de la décennie suivante, sa fantaisie se fait plus discrète, son ironie plus feutrée, et sa poésie évolue vers un classicisme gnomique.

4Le choix ici repris date donc de quarante ans. Il est le fait du poète lui-même, qui, n’ayant plus publié de poésie en volume depuis la Seconde Guerre mondiale, le composa avant sa mort (1956) en associant, à une sélection assez réduite tirée de ses recueils publiés de 1919 à 1938, un choix abondant de ses poèmes inédits (1939-1956). La place prise par les années 30 et l’après-guerre est assez importante ; elle illustre une poésie d’un traditionalisme croissant. Philippe Jones signale lui-même que le poète fut sévère avec sa période la plus originale (les recueils Diableries, 1922, Hommeries, 1924, Amours, 1929) et s’interroge : « Estimait-il alors cette période de l’œuvre, cet aspect, trop légers ? La question est à revoir. » Pour ma part, même si le volume dans sa forme inchangée reste utile à la découverte du poète, je regrette que l’occasion n’ait pas été saisie de réévaluer cette œuvre, lors même qu’il s’agissait de la confronter à notre époque. Cette question ouvre plus d’un débat : faut-il se fier à un poète pour choisir dans son œuvre ? Un regard extérieur est-il préférable ? Le temps ne change-t-il pas ce regard ? Quoi qu’il en soit, la vision qu’eut de son œuvre Mélot du Dy à la fin de sa vie me paraît traduire la concurrence de deux fonctions de la poésie : créer ou exprimer, l’art ou le sens ; intimement mêlés dans sa période fantaisiste, ces deux faces d’un même talent se sont articulés de telle façon, avec le temps, que la volonté lyrique l’a emporté. Mais le Mélot du Dy le plus original et le plus attachant était peut-être celui des Années folles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Mélot du Dy, Poèmes choisis », Textyles, 21 | 2002, 128-129.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Mélot du Dy, Poèmes choisis », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1037

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org