Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Doré-t’Sterstevens (Amandine), L’Homme au t apostrophe

Courbevoie (Paris), Durante, 2000
Pierre Halen
p. 128
Référence(s) :

Doré-t’Sterstevens (Amandine), L’Homme au t apostrophe. Illustrations de l’auteur. Photographies de sa collection personnelle. Courbevoie (Paris), Durante, 2000, 167 p., ill., bibl.

Texte intégral

1Albert t’Serstevens (1886-1974), écrivain à succès issu d’une vieille famille bruxelloise, fut prolifique : la bibliographie sommaire qui figure à la fin de cet ouvrage signale une cinquantaine de titres, sans compter les rééditions, préfaces et traductions. Poète à ses débuts, ensuite conteur au talent indéniable et romancier, il publia également beaucoup de livres de voyage, récits ou « itinéraires » touristiques, à une époque où le tourisme de masse n’existait pas encore ; on disposait cependant des moyens de se déplacer au loin, à la faveur des empires coloniaux ou plus simplement de l’intermède de tranquillité relative que constitua l’entre-deux-guerres. Avec les Morand et autres Cendrars, qui du reste furent ses amis intimes, il témoigne de l’ouverture extraordinaire que proposa, à la littérature française, la possibilité matérielle de voyager, après 1918, dans des conditions de confort supportables.

2Le présent ouvrage, dû à sa quatrième et dernière épouse, comporte deux parties. D’abord une évocation biographique, tissée de souvenirs personnels. Le ton est attachant, et l’anecdote nous fait rencontrer notamment les visages de Cendrars, de Mac Orlan ou de Modigliani. Si l’apport historique est mince, il n’est pas sans intérêt de se replacer, avec la narratrice, dans les contextes du temps, qu’il s’agisse du Paris de l’Île Saint-Louis ou de Tahiti ; reconnaissons cependant qu’on ne va guère au-delà. La seconde partie est un recueil d’anecdotes cévenoles, de « choses vues » en un temps où cette région de France était encore une région reculée, essentiellement rurale : les t’Serstevens y avaient une maison, où ils demeuraient entre deux voyages, le temps de rédiger un livre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Doré-t’Sterstevens (Amandine), L’Homme au t apostrophe », Textyles, 21 | 2002, 128.

Référence électronique

Pierre Halen, « Doré-t’Sterstevens (Amandine), L’Homme au t apostrophe », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1035

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org