Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Baillon (André), Roseau

Bruxelles, Le Cri, coll. Patrimoine romanesque, 2001
Charlyne Audin
p. 126-127
Référence(s) :

Baillon (André), Roseau. Préface de Maria Chiara Gnocchi. Bruxelles, Le Cri, coll. Patrimoine romanesque, 2001, 178 pages.

Texte intégral

1On sait que l’on doit à Jacques Antoine d’avoir sorti André Baillon des limbes en rééditant à partir de 1976 Un Homme si simple, Histoire d’une Marie, Zonzon Pépette et Délires. Les éditions Labor ont ensuite pris le relais avec La Dupe, Le Perce-oreille du Luxembourg, Par Fil spécial, Histoire d’une Marie et, récemment, Chalet I, tandis qu’une maison toulousaine, L’Éther Vague, publiait dans les années 80 En sabots et Chalet I. Cette fois, c’est au Cri que paraît Roseau, roman de Baillon qui n’avait pas été réédité depuis sa parution, en 1932, chez Rieder. Il s’agit du deuxième volume, à la suite du Neveu de Mademoiselle Autorité, d’un cycle de trois romans, Des Vivants et des morts, qui ne fut jamais achevé.

2Plus encore que le reste de l’œuvre, ce cycle est autobiographique. Alors que le Neveu de Mademoiselle Autorité est le récit de l’enfance d’Henri Boulant, un des doubles de Baillon, Roseau évoque sa vie de collégien. Durant cette période, le narrateur découvre la peur, le vice et les scrupules. À maints égards, ce livre ressemble à un terrible réquisitoire contre une instruction rigide et sévère, instruction qui a fait de Baillon un « énervé », un « écrivain d’hôpital ».

3Maria Chiara Gnocchi, qui signe la préface de cette édition, a consacré son mémoire de licence à l’étude du comportement stylistique et de la réflexion métanarrative dans l’œuvre de Baillon (mémoire rendu à l’Université de Padoue en 1998 et disponible aux A.M.L. cote MLA 17305). Sa préface va au-delà d’une simple présentation. En quelques lignes, elle parvient à la fois à fournir les éléments essentiels de la biographie de l’auteur, à restituer les conditions d’élaboration du roman, à mettre en place un jeu de références intertextuelles et à cibler, au plus précis, la singularité stylistique du texte, en montrant à quel point, dans ce livre de fin de vie, le style de Baillon, bien que toujours reconnaissable, s’essouffle et se fige. En outre, Gnocchi inverse le point de vue généralement admis par la critique, selon lequel le cycle Des Vivants et des morts procéderait d’une évidente et rigoureuse volonté autobiographique. Pour Gnocchi, parler d’autobiographie dans ce cas précis revient à occulter l’ironie toute particulière qui traverse l’ensemble de l’œuvre de Baillon et à passer à côté de l’humour grinçant qui caractérise chacune de ses démarches : « Quand on raconte, on truque toujours un peu », avoue le narrateur…

4Avec cette présentation détaillée et originale, Maria Chiara Gnocchi invite à une lecture attentive de Roseau et à y déceler, sous l’apparente simplicité du style, toute la finesse et la complexité de la démarche de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlyne Audin, « Baillon (André), Roseau », Textyles, 21 | 2002, 126-127.

Référence électronique

Charlyne Audin, « Baillon (André), Roseau », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1032

Haut de page

Auteur

Charlyne Audin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org