Navigation – Plan du site

La critique littéraire du Drapeau Rouge, de la Libération à la Guerre froide

Laurence van Nuijs
p. 85-100

Texte intégral

Introduction

  • 1 Notre article reprend les grandes lignes de l’analyse de la rubrique culturelle du Drapeau Rouge (...)

1Dans cet article, il ne s’agira pas d’examiner une chronique littéraire particulière, ni d’aborder les liens entre pratique littéraire et pratique journalistique chez un écrivain particulier1. Notre propos sera par contre de dégager la conception de la littérature nationale qui avait cours dans un milieu particulier, celui des écrivains et intellectuels communistes belges francophones, de la Libération à la Guerre froide. Celle-ci s’est exprimée de manière remarquable dans la rubrique culturelle du Drapeau Rouge, le journal quotidien du Parti communiste de Belgique. Mais, avant de passer à l’analyse des textes de critique littéraire, il faut situer notre étude de cas à l’intérieur d’une problématique plus générale, et présenter la rubrique culturelle du journal dans sa dimension matérielle et sociologique.

Problématique

  • 2 Les multiples implications de la question de la « nation » dans le discours communiste dépassent de (...)

2Le regard que les écrivains et intellectuels communistes posent sur la question nationale est lié à de deux problématiques plus générales. La « nation », tout d’abord, est particulièrement valorisée dans le discours communiste international2. La période de l’après-guerre voit en effet s’affirmer une dimension « nationaliste » qui prolonge le combat « antifasciste » des années 1930 et la lutte patriotique contre l’ennemi nazi sous l’Occupation. À la fin de septembre 1947, suite au rapport présenté par Andreï Jdanov à la conférence fondatrice du Kominform (le Bureau d’information des partis communistes), ce nationalisme se dote de connotations nouvelles. La Guerre froide qui débute alors place face à face les deux camps de « l’impérialisme américain » et le camp « démocratique » socialiste. Les partis communistes occidentaux sont appelés à « lever le drapeau de l’indépendance nationale », et cela aussi bien sur le plan politique, économique et culturel. Sans pour autant être membre du Kominform, le Parti communiste de Belgique suit cette ligne générale.

  • 3 Le « réalisme socialiste » est la doctrine tirée des débats de l’Internationale littéraire devenue (...)
  • 4 Voir Arqn (Paul), Matqnti (Frédérique) & Sapirq (Gisèle), éd., Sociétés et Représentations, n° 15, (...)

3En deuxième lieu, la période de l’après-guerre voit l’affirmation et le développement, notamment en France, d’une conception esthétique communiste que l’on appelle le « réalisme socialiste »3. Déjà présent dans la presse communiste française des années 1930, le réalisme socialiste prend toute son ampleur dans les années 1947-19544. Il est alors favorisé par la mise en place d’un vaste réseau de périodiques, de collections de livres, d’éditeurs et de critiques, assurant aux écrivains militants un relais direct à la publication. Une telle situation ne se rencontre pas en Belgique, ce qui explique la moindre vigueur de ce thème dans la presse communiste locale.

  • 5 Voir Angenot (Marc), La Critique au service de la révolution, Leuven, Peeters, coll. Accent, 2000.

4Marc Angenot montre toutefois dans La Critique au service de la révolution5 que, dès les années 1930, la critique littéraire communiste française constitue bien un « système de discours ». Au-delà des différents jugements individuels ou du recours à des expressions telles que le « réalisme socialiste », la critique littéraire communiste se caractérise par son fonctionnement « axiomatique ». Elle repose sur l’idée forte que le capitalisme est voué à la disparition tandis que la révolution prolétarienne est inéluctable. De cet axiome découlent certaines propositions sur la littérature puisque celle-ci, en tant qu’expression ou reflet de la situation historique, doit se ranger nécessairement dans un camp idéologique : soit, elle exprime les forces de la réaction, soit, elle se place aux côtés de celles du progrès. Dans le premier cas, la littérature est l’expression d’une classe sociale décadente : elle fuit le réel (par des thèmes dits décadents ou par l’enlisement dans la recherche formelle) et détourne le lecteur de sa prise de conscience historique. Dans le second cas, elle exprime les forces historiques ascendantes. Elle est alors réaliste, elle rend compte des forces de l’histoire et s’avère « révolutionnaire ». Des exemples tirés de l’ensemble de la presse communiste française des années 1930 montrent que cet axiome de base alimente le discours de plusieurs revues communistes de l’époque, chez les compagnons de route comme chez les critiques proches du « centre stalinien ». Ainsi, l’étude de la presse communiste ne se bornera pas à repérer les signes d’une adhésion au réalisme socialiste, elle devra plus généralement envisager la position des critiques par rapport à l’axiomatique du mouvement.

Corpus et critiques

  • 6 D’autres publications communistes ayant trait à la culture sont à mentionner, mais celles-ci ne par (...)
  • 7 La première interruption peut être mise en rapport avec la parution de l’édition belge des Lettres (...)

5Si le réalisme socialiste ne fait pas l’objet de vifs débats en Belgique et si aucun art de parti n’y voit le jour, il reste qu’un vaste corpus de textes de critique littéraire permet d’interroger la conception littéraire du milieu communiste de la Libération à la Guerre froide. Le Drapeau Rouge regroupe en effet, dans sa rubrique culturelle hebdomadaire, les principales contributions sur la culture et la littérature produites du côté francophone dans la sphère du parti à cette époque6. Cette rubrique s’articule en deux phases nettement distinctes. Elle s’intitule « Arts, sciences et lettres » du 12 décembre 1945 au 14 décembre 1949, puis, « La culture et les hommes » du 10 janvier 1951 au 20 décembre 1955. Au total, la rubrique paraît 348 fois au cours des années 1944-1956. Sa parution est interrompue en 1950 et au cours de la deuxième moitié de l’année 19517. Le nombre total d’articles dans la rubrique entre 1944 et 1956 s’élève à plus de 2 000. Elle est l’endroit privilégié (mais non exclusif) où paraissent les articles de critique littéraire du journal, et elle comporte également des comptes rendus d’œuvres littéraires, des interviews d’écrivains, des enquêtes, des annonces de parutions, des articles de commémoration de la mort ou de la naissance d’écrivains et des articles concernant des domaines non littéraires (arts, sciences, histoire) ou culturels au sens large (l’édition, l’enseignement, le système des bibliothèques, etc.). Une large part est laissée en outre à l’actualité intellectuelle dans la sphère communiste.

6Trois principes permettent de mettre un peu d’ordre dans cette masse de textes. Premièrement, on peut séparer les articles signés de ceux qui sont anonymes (à peu près la moitié). Une deuxième distinction concerne l’origine des articles : ceux-ci sont soit rédigés par la rédaction belge, soit importés d’organes communistes étrangers (soviétiques et français, principalement). Une troisième distinction est liée aux thèmes traités. Elle recoupe partiellement les deux précédentes puisque, comme on le verra, la critique des œuvres littéraires nationales est exclusivement le fait de rédacteurs (occasionnels ou fixes) locaux.

  • 8 Les renseignements biographiques concernant les rédacteurs inscrits au parti ont été puisés dans le (...)
  • 9 Ayant adhéré au parti en 1933, Pierre Joye possède un diplôme en droit de l’Université libre de Bru (...)
  • 10 Verdès-Leroux (Jeannine), Au Service du parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture (...)
  • 11 Fernand Lefebvre, qui quittera le parti en 1958 suite à la déposition d’une liste dissidente à Mons (...)
  • 12 Verdès-Leroux (Jeannine), Au Service du parti [...], op. cit., p. 19.

7Voyons maintenant comment se compose l’équipe des rédacteurs. Elle connaît quelques modifications majeures tout au long de la période examinée8. Deux signatures apparaissent très régulièrement : celle de Pierre Joye (1909­1984) et celle de Fernand Lefebvre (né en 1928). Pierre Joye9 est l’un des « grands intellectuels » du parti, selon la terminologie de Jeannine Verdès-Leroux : il s’agit d’« intellectuels dotés d’une formation universitaire légitime et [d’]artistes ayant une pratique en première personne, reconnus par les tribunaux "bourgeois" »10. Joye publie plus de 80 articles dans la rubrique culturelle. Il commente des sujets philosophiques, historiques et scientifiques, mais publie aussi des articles sur des auteurs étrangers et belges (parmi lesquels José André Lacour, Alexandre Marcellin, Charles-Louis Paron, René Blieck). Le second critique dont le nom s’observe tout au long des années 1944-1956 est Fernand Lefebvre11. Contrairement à Joye, Lefebvre se range parmi ceux que Verdès-Leroux appelle les « intellectuels-de-parti », c’est-à-dire « ceux qui recevaient leur position, leur pouvoir, leurs privilèges uniquement du parti »12. Lefebvre est responsable de 115 articles, surtout littéraires. Parmi les écrivains étrangers qu’il commente, les auteurs communistes français occupent une place de choix. Pour ce qui est de la littérature nationale, Lefebvre commente surtout les parutions de recueils de poésie.

  • 13 Demany est auteur du récit Mourir debout : souvenirs du maquis, paru à Schaerbeek en 1945 (Éditions (...)
  • 14 Christian Dotremont appartient à la dernière génération de surréalistes à appuyer le parti. Les sur (...)
  • 15 Georgette Smolski entre au journal par le biais de Joye, dont elle a été courrière lors de l’Occupa (...)

8Les noms de quatre critiques littéraires se rencontrent uniquement au cours de la phase « Arts, sciences et lettres » (1945-1949). Trois d’entre eux sont des personnalités qui renforcent le capital intellectuel et culturel du parti. Il s’agit de « grands intellectuels » du parti ou de « compagnons de route ». Le nombre de leurs contributions est relativement faible. Ainsi, Fernand Demany (1904-1977)13, l’un des fondateurs du Front de l’Indépendance, signe deux articles dans la rubrique culturelle du journal en 1947 (dont un sur L’Homme communiste de Louis Aragon). Christian Dotremont (1922-1979)14, quant à lui, signe 6 articles entre 1947 et 1949 (parmi lesquels des interviews de Tristan Tzara, Paul Eluard et Martin Andersen Nexô). Le troisième critique à mentionner dans ce contexte est le « compagnon de route » Franz Hellens (nom de plume de Frédéric Van Ermengem, 1881-1972), qui appuie le parti sans pour autant y adhérer. Son nom se rencontre sous quatre articles entre 1946 et 1949 (au sujet d’écrivains étrangers, parmi lesquels Andréas Latzko et Pierre Seghers). Un nombre d’articles plus élevé (72) est produit par Georgette Smolski (née en 1920)15, qui collabore au journal en tant que militante du parti et sans aucune légitimité extérieure. Parmi ses articles, l’on compte plusieurs présentations d’écrivains, étrangers et belges (Georges Eekhoud, Charles Van Lerberghe ou Charles-Louis Paron).

  • 16 Charles Louis Paron est un écrivain d’origine ouvrière dont plusieurs romans et recueils de nouvell (...)
  • 17 Ita Gassel publie en 1952 le poème politique Corée pour tous à Bruxelles (Éditions Ulenspiegel) et (...)
  • 18 André Glaude (dont nous n’avons pas retrouvé les dates de naissance et de décès dans les archives d (...)

9La période « La culture et les hommes » (1951-1955) voit l’apparition d’un grand nombre de nouveaux rédacteurs. Ainsi de deux « compagnons de route », les jeunes écrivains « progressistes », Charles-Louis Paron (1914­1986) et David Scheinert (1916-1996)16. Les contributions de Paron (16 au total) concernent quelques écrivains des démocraties populaires et des écrivains belges (il publie ainsi une série d’articles sur Charles De Coster en 1953). Scheinert est responsable du « billet de Vingtras » (36 articles, publiés entre 1953 et 1955) et de quelques articles isolés. Par ailleurs, un certain nombre de critiques dotés d’un faible capital littéraire font leur entrée dans l’institution littéraire par le biais de la rubrique culturelle du journal. Il s’agit de rédacteurs réunis dans le groupe littéraire de la Jeunesse Populaire de Belgique, le « Cercle Ulenspiegel », créé en 1952. Parmi les membres de ce groupe, quatre littérateurs sont inscrits au parti : Ita Gassel (1926-1994)17 signe 5 articles dans la rubrique, dont plusieurs sur Émile Verhaeren ; André Glaude18 signe 21 articles sur des écrivains étrangers et nationaux (Charles-

  • 19 Ceux-ci sont présentés comme des membres du cercle Ulenspiegel dans les articles de Beerblock-Liber (...)
  • 20 Secrétaire national du Front de l’Indépendance pour la Flandre, Aloïs Gerlo est membre du Comité ce (...)
  • 21 Pour une analyse de la vision de Gerlo sur Marnix, voir van Nuijs (Laurence), « Marnix, le révoluti (...)
  • 22 Paul Meyer réalisera une des pièces du dramaturge qu’il commente en 1952 dans le journal avec son T (...)

10Louis Paron, Georges Eekhoud et Émile Verhaeren) ; Vivette Demeur-Devaux (1925-2000) signe 81 contributions sur les livres (surtout étrangers) en vente à la librairie du parti, et Maurice Beerblock-Libert (1930-1998) signe 6 articles sur le cercle Ulenspiegel et les activités culturelles du parti. Membres du même groupe, Joël Galtier, Lucette Galtier, Jean Vallène et Claude Noël.19 publient des articles sur des figures de l’histoire littéraire et culturelle nationale : le compositeur André Grétry, La Brabançonne, Constantin Meunier, Célestin Demblon, Charles De Coster, Camille Lemonnier ou encore Hubert Krains. Enfin, pour terminer cette présentation des rédacteurs de la rubrique, il faut encore signaler les noms de deux « intellectuels du parti ». Le premier est Aloïs Gerlo (1915-1998)20, qui publie en 1953 un article en deux livraisons sur Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde21. Le second est le cinéaste et dramaturge Paul Meyer (1920-2007)22, principal initiateur des activités théâtrales dans la sphère du parti, qui publie deux articles sur le dramaturge roumain Ion Luca Caragiale.

Contenu

La période « Arts, sciences et lettres »

  • 23 Voir Denis (Benoît) & Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Br (...)

11La délimitation de la littérature « nationale » - par opposition à la littérature « étrangère » - n’est pas toujours thématisée dans le Drapeau Rouge, mais elle s’avère relativement univoque. Les critiques littéraires du journal s’identifient, implicitement ou explicitement, à un ensemble littéraire défini comme « belge ». Cet ensemble comprend des écrivains belges d’expression française comme des écrivains d’expression néerlandaise. Les premiers sont généralement présentés comme appartenant à un ensemble distinct de l’ensemble littéraire français, ce qui s’observe par des expressions telles qu’écrivain ou poète « de la Belgique » ou « belge de langue française » à leur sujet. Les seconds sont nettement moins commentés que les premiers, mais sont intégrés au même ensemble « national ». Ils sont tantôt désignés comme des « Flamands », tantôt comme des « Belges ». Remarquons donc d’emblée que le discours sur la littérature belge dans le Drapeau Rouge va à l’encontre de la vulgate dominante à l’époque, qui est « centripète » et tend à intégrer la littérature belge francophone à l’ensemble français23. La tendance « centrifuge » du discours du Drapeau Rouge devient toutefois plus prononcée à partir des années 1950. La critique de la littérature nationale dans le Drapeau Rouge s’articule en effet en deux phases, qui recoupent les deux grandes phases matérielles de la rubrique du journal : « Arts, sciences et lettres » (1945-1949) et « La culture et les hommes » (1950-1955).

  • 24 Les citations du Drapeau Rouge seront désormais référencées dans le corps du texte par mention de « (...)

12Au cours de la première phase, la littérature nationale est commentée mais n’occupe pas une place de choix dans la rubrique culturelle. Des commentaires sur des écrivains belges se rencontrent dans des contributions anonymes comme chez trois critiques particuliers, membres du parti : Joye, Smolski et Lefebvre. Quelques écrivains patrimoniaux sont commentés, parmi lesquels Charles De Coster et Émile Verhaeren. La valeur littéraire de leur œuvre est mesurée à partir d’une grille de lecture idéologique. Il s’agit de déterminer leur « position » dans le processus historique tel qu’il est conçu par la vision communiste du monde. Ainsi, selon une contribution anonyme intitulée l’« art et le progrès social » (DR, anonyme, 13-14 octobre 1945, p. 3)24, l’histoire conduit à une émancipation toujours plus complète de l’homme. Les différentes étapes de cette évolution sont l’avènement de la « culture laïque » opposée à la « décadence féodale », le développement d’une bourgeoisie progressiste « vainquant définitivement le régime féodal et la monarchie » et, enfin, la lutte entamée à partir de la fin du xixe siècle contre le capitalisme et « l’exploitation de l’homme par l’homme » (ibidem). La littérature, quant à elle, est définie comme le témoin et le reflet du développement historique. Ainsi Rabelais représente « l’homme nouveau » émergeant en pleine décadence féodale ; Zola, quant à lui, incarne la condamnation du régime capitaliste. Deux écrivains belges sont mentionnés dans ce contexte : De Coster est loué comme chantre de « l’amour de la liberté, de nos traditions séculaires d’indépendance, de lutte sublime de nos aïeux contre la domination étrangère » ; Verhaeren pour son réalisme, c’est-à-dire le fait qu’il « puise souvent son inspiration dans la rude besogne des paysans flamands et leurs dures conditions d’existence » (ibidem).

  • 25 On sait que Plisnier avait été communiste, avant de passer au pob, puis d’afficher ses options chré (...)

13Le jugement idéologique de la littérature domine aussi les contributions consacrées aux œuvres belges contemporaines. Au cours des années 1945-1949, il s’agit principalement de témoignages de guerre et de recueils de poésie. De manière générale, les œuvres faisant l’objet d’une approbation totale sont celles qui peuvent être considérées comme des œuvres au service de la cause communiste. Il en va ainsi du recueil de poésie du communiste Charles Moisse, Le Vent qui vient (Bruxelles, À l’Enseigne du plomb qui fond, 1948). Le commentateur souligne que Moisse a rejoint le combat communiste : « entre un monde qui s’écroule dans le chaos et un monde qui se bâtit durement, difficilement, mais avec toutes les promesses d’aurore et des perspectives radieuses, Moisse a choisi » (DR, Fernand Lefebvre, 8 décembre 1948, p. 5). Un deuxième ensemble d’œuvres fait l’objet d’une approbation plus réservée. Les critiques y discernent certains éléments positifs, allant dans le sens de la vision communiste du monde, mais regrettent l’absence d’une plus grande confiance en l’avenir socialiste. Ainsi, dans un commentaire au sujet du témoignage des camps Comme si rien ne s’était passé d’Alexandre Marcellin (Bruxelles, Renaissance d’Occident, 1948), Joye souligne que ce genre de témoignage doit non seulement rendre compte de l’expérience personnelle de l’auteur, mais aussi s’inscrire à l’intérieur d’une lutte plus générale contre l’oppression (voir DR, P. J., 23 juin 1948, p. 5). Dans la même veine, Smolski regrette que les œuvres de Paron, notamment Zdravko le cheval (Paris, Gallimard, 1944) et Et puis s’en vont (Paris, Gallimard, 1945) ne réalisent qu’une partie du programme littéraire communiste. La critique émet ainsi à son sujet le souhait que « la courbe de son talent dépasse le stade, utile certes, mais non définitif, de la peinture de l’oppression » (DR, Anne Vincent, 16 avril 1947, p. 4). Enfin, le troisième type de jugement rencontré consiste en une condamnation idéologique résolue et se rencontre, par exemple, au sujet de Charles Plisnier. Selon un article anonyme, la valeur littéraire de l’œuvre de Plisnier est nulle. Si la bourgeoisie accorde un quelconque talent à ce « renégat » (DR, anonyme, 30 avril 1947, p. 4), la raison en est que son œuvre peut être mise au service de l’anticommunisme25.

14Il faut souligner qu’au cours des années 1944-1949, des énoncés moins « axiomatiques » se rencontrent également au sujet des écrivains belges. C’est le cas de brèves contributions anonymes dont il n’est pas toujours possible de préciser dans quelle mesure elles participent de ce genre de raisonnement. Ainsi, certains commentaires sur Verhaeren soulignent le « réalisme » de l’auteur (voir DR, anonyme, 1-2 décembre 1945, p. 4), mais n’identifient pas pour autant ce « réalisme » à une mise en lumière et une dénonciation des rouages du système capitaliste (voir DR, anonyme, 22 mai 1946, p. 4). On constate aussi que certains critiques appliquent de manière plus cohérente que d’autres des critères d’évaluation communistes à la littérature. Ainsi, sur Georges Eekhoud : Lefebvre évalue Eekhoud selon des critères strictement idéologiques et considère qu’il est un témoin de la décadence bourgeoise de la fin du xixe siècle, auquel il faut toutefois reprocher de ne pas avoir vu le « prolétariat moderne », mais uniquement « les sauvages "hors-la-loi", les inadaptés et les dévoyés » (DR, F. L., 23-24 juin 1945, p. 4). Smolski, en revanche, ne condamne pas la prédilection d’Eekhoud pour les « dévoyés ». Au contraire, cet aspect de l’œuvre est valorisé positivement, à partir d’un critère émotif : « de l’ensemble de l’œuvre se dégage une telle sympathie pour les incompris, les parias, qu’on ne peut s’empêcher d’être ému même si l’auteur dispense généreusement sa bénédiction à des arsouilles » (DR, Anne Vincent, 25 mai 1947, p. 4).

Une réévaluation du patrimoine littéraire national

15De tels écarts par rapport à une vision strictement idéologique de la littérature nationale ne se rencontrent plus au cours de la deuxième phase. À partir des années 1950, avec l’apparition de la rubrique « La culture et les hommes », le discours sur la littérature nationale devient plus consistant du point de vue de l’axiomatique. Par ailleurs, le nombre de contributions sur la littérature nationale s’accroît : quelques rubriques spécialisées font leur apparition (telle que « la galerie des ancêtres » et le « billet de Vingtras ») et certains rédacteurs (notamment ceux réunis dans le « Cercle Ulenspiegel ») se « spécialisent » en littérature belge.

  • 26 On consultera à ce sujet la deuxième partie, consacrée à la critique littéraire de L’Humanité, de B (...)

16On assiste tout d’abord au cours de ces années à une réévaluation communiste du patrimoine littéraire national. Cette réévaluation se fait dans une perspective tout à fait « jdanovienne » - qui n’est toutefois pas sans rappeler la réévaluation du patrimoine national qu’on observe en Union soviétique et en France dès les années 193026. Face à la menace de l’impérialisme américain - thème omniprésent désormais dans les articles de critique littéraire - les critiques du Drapeau Rouge se considèrent comme les défenseurs et les continuateurs d’un héritage littéraire national dit « progressiste ». Des figures majeures de l’histoire littéraire nationale - Marnix de Sainte-Aldegonde, Charles Potvin, Émile Verhaeren - sont « récupérées » à la bourgeoisie et présentées comme autant de précurseurs, certes imparfaits, de la cause communiste. La grille d’interprétation qui leur est appliquée couple systématiquement la « nation belge », le « progrès » (au sens communiste, c’est-à-dire allant dans le sens de l’émancipation et de la révolution) et le « peuple ». La présentation d’Ulenspiegel, par exemple, se fait à partir d’une succession de corrélats entre le personnage et la lutte menée par le camp du progrès :

Ulenspiegel est immortel, c’est le peuple belge, c’est le représentant éclairé, l’avant-garde du progrès, et ses randonnées au travers de tout le pays ne sont que la préfiguration de la lutte pour la paix qui s’étend jusque dans les campagnes, de la lutte pour le bien-être qui va partout dans les usines faire l’unité parmi les travailleurs pour que tous se donnent la main en poursuivant le même but d’un monde nouveau, de justice et de liberté, de la bataille pour une culture vraiment populaire et qui continuera demain plus belle et plus puissante. Ulenspiegel, c’est la conscience d’un peuple sain qui va vers l’avenir. (DR, Jean Vallène, 23 avril 1952, p. 4)

17Comme dans l’extrait qui précède, trois éléments sont systématiquement -et souvent conjointement - soulignés chez les classiques littéraires nationaux du Drapeau Rouge. En premier lieu, le patrimoine à sauvegarder est dit « progressiste » : il émane d’écrivains liés à une phase dite « progressiste » de l’histoire. Ainsi, Marnix de Sainte-Aldegonde est-il inscrit dans un stade précis de la lutte des classes : celui de la bourgeoisie montante s’émancipant des structures féodales. Le patrimoine à sauvegarder, ensuite, est nécessairement l’expression directe ou indirecte du « peuple ». Enfin, les classiques littéraires sont considérés comme des « patriotes » et des « défenseurs de la nation », dans la mesure où l’esprit du peuple qu’ils expriment s’incarne dans la « nation ».

18Cette nation est définie comme étant la nation « belge ». Ainsi les critiques soulignent l’existence de deux peuples distincts sur le territoire belge, à savoir les Flamands et les Wallons. En même temps, l’on met systématiquement en avant ce qui unit ces deux peuples, à savoir un « esprit » séculaire de révolte et de résistance à l’oppression, s’étant manifesté aussi bien lors de l’occupation espagnole au xvie siècle qu’au cours de la lutte patriotique contre l’envahisseur allemand lors des deux guerres mondiales. Il n’est dès lors pas surprenant de retrouver aussi bien des représentants francophones et néerlandophones au sein du canon communiste historique. Par ailleurs, l’on observe une valorisation particulière de l’« inspiration flamande » de certains écrivains francophones (par exemple Verhaeren et De Coster). Cette valorisation permet sans doute indirectement aux critiques du Drapeau Rouge de présenter l’ensemble belge comme un ensemble national distinct de l’ensemble français - ce qui n’est pas sans rappeler l’usage du « mythe nordique » au cours de la phase dite « centrifuge » de la littérature belge (1830-1920).

19Plus concrètement, l’histoire littéraire nationale, progressiste et populaire selon le Drapeau Rouge, commence avant la fondation de l’État belge. Parmi ses représentants plus anciens, l’on retrouve Jean Bodel, la tradition orale populaire de la féodalité, la chanson des gueux etl’œuvre de Marnix de Sainte-Aldegonde. Ensuite, pour ce qui est du xixe siècle, les critiques du Drapeau Rouge s’intéressent à trois phases successives de l’histoire littéraire nationale, présentées comme « progressistes ». La première est celle du romantisme de l’époque de la Révolution belge (1830-1850). Parmi les représentants majeurs de cette époque l’on retrouve Henri Conscience, qui, dans le Lion des Flandres, « fait preuve d’un sens de classe étonnant » (DR, Joël Galtier, 21 avril 1954, p. 4) et met correctement en lumière les causes économiques de la bataille des éperons d’or. Charles Potvin, ensuite, est présenté comme « un patriote et un partisan de la paix », dont « toute [l]a vie a été une longue lutte contre les fossoyeurs de l’indépendance nationale » (DR, Joël Galtier, 17 mars 1954, p. 4). La seconde phase, celle du « réalisme », couvre les années 1850-1880 et comprend la production d’écrivains d’origine bourgeoise. Leur progressisme réside dans le fait qu’ils se tournent contre leur classe et prennent conscience des inégalités sociales. Au cours de cette période, les bourgeois qui avaient contribué à la révolution belge trahissent les idéaux de 1830 et se distancient du peuple : la bourgeoisie devient donc décadente, et seuls les écrivains qui rendent compte de cette évolution dans leurs œuvres sont considérés comme valables. Parmi les représentants de cette phase, le Drapeau Rouge mentionne des écrivains belges d’expression française tels que Joseph Demoulin, Charles De Coster et Émile Leclercq. Parmi les représentants d’expression néerlandaise figurent : Domien Sleeckx, Isidoor Teirlinck, Raymond Stijns, Tony Bergmann, Eugeen Zetternam et Cyriel Buysse. Une troisième phase progressiste, celle de l’« art socialiste », commence à partir de 1880. Selon la vision du Drapeau Rouge, la bourgeoisie est désormais entrée de plain-pied dans une phase décadente. Les forces du progrès se situent maintenant du côté de la classe ouvrière dont le porte-parole est le Parti Ouvrier Belge. Parmi ses représentants, l’on trouve des écrivains d’expression française (Camille Lemonnier, Georges Eekhoud, Émile Verhaeren, Eugène Demolder et Hubert Krains) et des écrivains d’expression néerlandaise (Guido Gezelle, Virginie Loveling et Jan Blockx) (voir DR, Joël Galtier, 6 janvier 1954, p. 4). Seuls les écrivains d’expression française font l’objet d’une présentation plus détaillée. Dans l’interprétation qu’ils en donnent, les critiques du Drapeau Rouge soulignent quelles sont les facettes plus ou moins « progressistes » des œuvres commentées. Pour ne donner qu’un exemple, Les Villes tentaculaires de Verhaeren sont considérées comme plus « valables » et « achevées » que les Campagnes hallucinées parce que dans le dernier cas Verhaeren se contente de montrer les effets du capitalisme ; Les Villes tentaculaires annoncent pour leur part l’avènement d’un monde meilleur (voir DR, Ita Gassel, 23 décembre 1953, p. 4).

20Si le discours sur l’histoire littéraire nationale dans le Drapeau Rouge sert principalement à l’établissement d’un canon littéraire progressiste, les phases dites « décadentes » de l’histoire littéraire ne sont pas pour autant entièrement délaissées. Elles ne sont toutefois qu’indirectement commentées. Ainsi, dans quelques articles sur les représentants de l’art socialiste, il est question de La Jeune Belgique et de Van Nu en Straks. Le mouvement est clairement associé à une position « décadente ». On souligne que ses représentants s’écartent à tous égards du réel et ne s’intéressent qu’à la recherche formelle : « Le monde politique d’alors [est] tout occupé de ciseler de jolis drames psychologiques » (DR, Ita Gassel, 25 février 1953, p. 4). Dans la même veine, il est question du « jeu de quilles de l’Art pour l’Art polisseur de vers vides » (ibidem). Ailleurs, l’aspect « cosmopolite » (DR, Joël Galtier, 2 mars 1953, p. 4) de ses représentants est mis en évidence : ils ne sont pas considérés comme des défenseurs des valeurs nationales, mais potentiellement comme des traîtres de la nation. Enfin, lorsqu’il est question du lien de certains représentants de l’art socialiste (tels que Verhaeren et Eekhoud) avec le mouvement de l’art pour l’art, il est souligné que ceux-ci prirent rapidement leur distance par rapport au mouvement.

À la recherche d’une littérature belge « progressiste »

21Au cours de la phase « La culture et les hommes », non seulement l’histoire littéraire nationale est réévaluée, mais l’on assiste également au développement d’un discours plus articulé au sujet de la littérature nationale contemporaine. Les normes qui se rencontraient déjà au cours de la phase « Arts, sciences et lettres » sont appliquées désormais de manière systématique aux œuvres belges contemporaines. La littérature nationale légitime doit non seulement être œuvre de dénonciation, mais elle doit aussi « exprimer des solutions positives » (DR, Vingtras, 26 janvier 1954, p. 4) et contribuer par-là à la construction d’un monde meilleur. Parmi les exigences formulées à l’égard de la littérature actuelle, figure désormais également - davantage qu’au cours de la première phase - celle de l’ancrage dans la réalité nationale.

22Les exemples d’œuvres littéraires belges répondant entièrement à ces exigences sont rares. Faute de véritables représentants belges de la ligne esthétique à suivre, les critiques allèguent généralement comme modèles les œuvres d’écrivains communistes français : André Stil, Louis Aragon et Pierre Daix. Quant aux œuvres belges commentées, celles-ci sont en grande partie des œuvres qui ne se désintéressent pas entièrement de la réalité sociale et des œuvres qui témoignent des événements de guerre. Les critiques du Drapeau Rouge ne s’intéressent donc pas systématiquement à l’ensemble de la production littéraire belge, mais uniquement aux œuvres qui se rapprochent de leur position esthétique (réalisme, ancrage dans la nation, thèmes sociaux). Les œuvres commentées sont présentées comme autant de preuves de l’existence d’une « littérature progressiste » en Belgique. Or, invariablement, les critiques du journal en soulignent aussi les insuffisances idéologiques. Ainsi, la plupart des romans de guerre ne donnent pas, au dire des critiques du Drapeau Rouge, une représentation correcte (c’est-à-dire confirmant la vision du monde communiste) des acteurs majeurs de l’histoire, c’est-à-dire les résistants et les communistes. Ainsi, au sujet du roman de Daniel Gillès sur la collaboration économique, Jetons de présence (Paris, Julliard, 1954), un critique regrette la représentation insuffisamment positive du personnage communiste Lantonnois (voir DR, Vingtras, 17 mars 1954). Le compte rendu que donne Paron du roman de Bert Huyber (pseudonyme d’Albert Paron, frère du critique) Vent de Paille (Neuchâtel, À la Baconnière, 1949) va dans la même direction. Le roman est présenté comme « un livre comme on en voit trop peu dans notre production » (DR, Ch.-L. P. 6 mai 1953, p. 4) et loué pour sa peinture réaliste de la vie quotidienne d’un village wallon. Cependant, le réalisme de Huyber reste incomplet selon le critique, puisque l’écrivain ne rend pas compte des causes profondes de la misère des villageois, à savoir le capitalisme et l’emprise de l’idéologie sociale-démocrate.

23Même les œuvres des écrivains communistes ou sympathisants ne répondent pas entièrement aux exigences des critiques du journal. Ainsi, en 1952, Lefebvre commente le poème Corée pour tous du poète communiste belge Ita Gassel. Le compte rendu semble particulièrement sévère étant donné qu’il s’agit de l’œuvre d’un confrère communiste. En même temps, l’évaluation de Lefebvre se fonde sur une application conséquente des normes qui circulent alors dans le discours communiste national et international. Premièrement, quant à l’exigence d’une vision correcte de la situation historique, le poème déçoit selon Lefebvre : « notre camarade aurait pu et dû serrer la réalité de plus près, montrer l’ardeur au travail des communistes et des partisans de la paix » (DR, Fernand Lefebvre, 30 juillet 1952, p. 4). Ensuite, sous l’angle de la référence au peuple national, le poème est également jugé insatisfaisant : Lefebvre reproche à Gassel de ne pas avoir « tiré toutes les conséquences de cette guerre [la guerre de Corée] pour la lutte en notre patrie » (ibidem, nous soulignons). Dans la même veine, le roman de l’écrivain communiste flamand Jozef Versou, Proletariaat est jugé sévèrement dans le « billet de Vingtras ». Le critique regrette ainsi que, si le roman donne une vision correcte (c’est-à-dire communiste) de l’exploitation du prolétariat, cette présentation reste artificielle : elle prend l’aspect d’« une pancarte qui domine un cortège » et d’un « traité sur le marxisme » (DR, Vingtras, 18 août 1954, p. 4). Selon le critique, un roman progressiste ne doit donc pas uniquement révéler l’essence du monde capitaliste, cette opération de véridiction doit se dégager de manière naturelle des faits présentés.

  • 27 Nous ne détaillerons pas ici la querelle opposant Fernand Lefebvre et David Scheinert au cours des (...)

24Quelques écrivains belges actifs dans la mouvance communiste font l’objet de commentaires plus positifs. C’est le cas, d’abord, de Paron. Tandis qu’il était présenté au cours de la phase « Arts, sciences et lettres » comme un « peintre de l’oppression », désormais, l’évolution positive de son œuvre depuis Et puis s’en vont est mise en évidence. Ainsi, Glaude souligne que dans ce premier roman, le peuple est montré dans sa misère et non pas comme un véritable acteur historique : « si l’histoire cogne à la porte, c’est timidement » (DR, André Glaude, 21 avril 1954, p. 4). Le roman suivant de Paron, Marche-Avant est par contre loué comme une œuvre de dénonciation et d’espoir. Il en va de même du roman Cette Terre ! qui est associé à la perspective d’avenir des communistes : « La perspective du livre de Paron est de courage et d’amour. Elle est nôtre. C’est plus qu’un livre : un guide de santé et d’amour. » (DR, A. Robin, 29 septembre 1954, p. 4) En même temps, le soutien dont jouit Paron dans les pages du Drapeau Rouge ne ressemble en rien à celui dont les critiques du journal témoignent envers des écrivains communistes français. Il en va de même au sujet de Scheinert. Celui-ci fait l’objet de commentaires élogieux au cours des années 1954-1955. Ainsi, selon les critiques du journal, Scheinert a rejoint la cause des communistes dans son œuvre : « les poèmes de Scheinert sont [...] frères de sang du combat que nous menons » (DR, Pierre Fel, 4 janvier 1955, p. 4). L’adhésion de Scheinert au communisme est présentée comme l’aboutissement nécessaire de sa révolte initiale et la preuve du fait qu’il est resté « logique avec lui-même » (DR, F. L., 25 janvier 1955, p. 4). Or ce soutien est conditionnel : suite à une prise de position critique de Scheinert envers Aragon en 1955, dans la revue progressiste Les Aubes27, le nom de Scheinert sera entièrement passé sous silence dans les colonnes du Drapeau Rouge.

Conclusion

25L’examen fouillé de la rubrique culturelle du Drapeau Rouge au cours des années 1944-1956 confirme l’idée que le réalisme socialiste s’est très peu développé en Belgique, contrairement à ce qui a eu lieu en France à la même époque. En même temps, l’analyse de la critique littéraire nationale montre que les communistes belges recourent aux normes idéologiques du discours communiste international. À bien des égards, le discours des critiques du Drapeau Rouge est « axiomatique » : il se fonde sur une idée téléologique du cours de l’histoire (l’histoire mène à la révolution, le capitalisme est voué à la disparition) et sur une conception de la littérature comme « expression » de l’époque (la littérature reflète soit le progrès, soit la réaction). Ces normes axiomatiques n’orientent pas uniquement le discours sur la littérature étrangère : la critique littéraire du Drapeau Rouge est « originale » dans la mesure où elle concerne la littérature nationale belge. Il faut remarquer cependant que ce discours axiomatique est principalement le fait de critiques militants du parti. Par ailleurs, il se développe surtout dans les années 1950, lorsque les critiques du journal s’approprient les directives jdanoviennes de défense de l’indépendance nationale face à la menace de l’impérialisme américain.

26L’on remarquera aussi que ce discours « axiomatique » s’avère particulièrement systématique en ce qui concerne l’histoire littéraire. Pour ce qui est du discours sur la littérature actuelle, l’ambition critique du Drapeau Rouge reste somme toute très modérée. Aucune véritable polémique ne s’observe à l’encontre d’écrivains dominants, ceux de l’Académie par exemple. Tout se passe comme si le Parti communiste se montrait désireux d’être admis comme un interlocuteur valable, et non comme un contestataire du système. Les critiques du Drapeau Rouge semblent surtout soucieux de montrer les insuffisances idéologiques d’œuvres qui se rapprochent pourtant de leurs positions esthétiques (œuvres ouvertes à la réalité sociale, soucieuses de témoigner du réel de la guerre, s’intéressant au contexte national). Cette situation explique sans aucun doute la déception de certains jeunes écrivains progressistes, tels que Paron et Scheinert, qui appuyaient le parti en tant qu’instance politique, mais attendaient également du parti qu’il favorise leur carrière littéraire. Or l’absence de choix clair en leur faveur, joint au recul électoral du parti dès les premières années suivant la Libération, explique que ces écrivains aient été déçus. Il n’est dès lors pas surprenant de voir ceux-ci développer leur conception de la littérature dans des organes moins contrôlés par le parti, tels que la revue « progressiste » Les Aubes (qui paraît à partir de septembre 1953) et prendre progressivement leurs distances par rapport à la ligne communiste officielle.

Haut de page

Notes

1 Notre article reprend les grandes lignes de l’analyse de la rubrique culturelle du Drapeau Rouge développée dans notre thèse de doctorat. Voir van Nuijs (Laurence), Critique littéraire communiste en Belgique. Le cas du Drapeau Rouge et du Rode Vaan (1944-1956), thèse soutenue à la kuleuven, le 8 janvier 2010.

2 Les multiples implications de la question de la « nation » dans le discours communiste dépassent de loin le cadre du présent article. En ce qui concerne les implications de la référence nationale dans le discours communiste, l’on consultera Gallisqt (René), « Nationalisme », ainsi que Rqdinsqn (Maxime), « Nation », dans Labica (Georges) & Bensussan (Gérard), éd., Dictionnaire critique di marxisme, Paris, Presses Universitaires de France, respectivement pp. 791-795 et pp. 785-789. En ce qui concerne la question nationale chez les communistes belges, voir Gqtqvitch (José) & Van Dqqrslaer (Rudi), « Les communistes et la question nationale, 1921-1945 », dans Cahiers d’Histoire du temps présent (nationalisme), 1997, n° 3, pp. 257-276.

3 Le « réalisme socialiste » est la doctrine tirée des débats de l’Internationale littéraire devenue esthétique d’État en Union soviétique en 1934. Au sujet du réalisme socialiste soviétique, voir Robin (Régine), Le Réalisme socialiste, une esthétique impossible, Paris, Payot, coll. Aux origines de notre temps, 1986 ; Morel (Jean-Pierre), Le Roman insupportable. L’Internationale littéraire et la France (1920-1932), Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des idées, 1985 et Aucquturier (Michel), Le Réalisme socialiste, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je, n° 3320, 1998.

4 Voir Arqn (Paul), Matqnti (Frédérique) & Sapirq (Gisèle), éd., Sociétés et Représentations, n° 15, Le Réalisme socialiste en France, 2002.

5 Voir Angenot (Marc), La Critique au service de la révolution, Leuven, Peeters, coll. Accent, 2000.

6 D’autres publications communistes ayant trait à la culture sont à mentionner, mais celles-ci ne paraissent pas avec une même régularité au cours de la période concernée. Ainsi de l’édition belge des Lettres françaises (l’hebdomadaire communiste français paraît en Belgique avec un supplément belge de deux pages du 15 juillet 1949 au 26 mai 1950), de la rubrique des livres du Drapeau Rouge Dimanche (celle-ci paraît à partir du 17 octobre 1954 et donne principalement des comptes rendus de livres en vente à la librairie du parti, Du Monde Entier), ou encore le numéro unique (en tout cas le seul ayant été conservé, paru le 23 mars 1953) de Certitudes, le mensuel culturel du parti. D’autres périodiques, tels qu’En Avant, l’organe des étudiants communistes de Bruxelles, ou Rénovation/Communisme, organe théorique, consacrent des articles à la culture de manière plus occasionnelle.

7 La première interruption peut être mise en rapport avec la parution de l’édition belge des Lettres françaises, dont les rédacteurs sont en partie issus de la rubrique culturelle du Drapeau Rouge. La seconde interruption se laisse moins aisément interpréter et peut sans doute être mise en rapport avec la mobilisation des effectifs culturels du parti pour les festivités liées à son 30e anniversaire.

8 Les renseignements biographiques concernant les rédacteurs inscrits au parti ont été puisés dans les dossiers de la Commission de contrôle politique du parti à leur sujet. Ces dossiers sont conservés au Centre des Archives Communistes de Belgique (cArcob). Il s’agit des dossiers de Pierre Joye, Fernand Lefebvre, Christian Dotremont, Georgette Smolski, Ita Gassel, André Glaude, Vivette Demeur-Devaux, Maurice Beerblock-Libert, Fernand Demany, Aloïs Gerlo et Paul Meyer. À propos de Fernand Demany, Pierre Joye et Georgette Smolski, voir aussi les notices biographiques de Gotovitch (José), Du Rouge au tricolore. Les Communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de la Résistance en Belgique, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur/Histoire, 1992, pp. 503-504, pp. 535-536 et p. 559.

9 Ayant adhéré au parti en 1933, Pierre Joye possède un diplôme en droit de l’Université libre de Bruxelles. Dès les années 1930, il est mêlé à la définition de la ligne du parti au plus haut niveau. Il est « remis à la base » et exclu du Comité central après la Libération pour son attitude, jugée indigne, lors de son arrestation par la Gestapo en juillet 1943. Il reste toutefois - chose exceptionnelle dans l’histoire du communisme pour un membre exclu du Comité central - le rédacteur en chef du journal quotidien du parti (officieusement jusqu’en 1950, officiellement à partir de 1954).

10 Verdès-Leroux (Jeannine), Au Service du parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Paris, Fayard/Minuit, 1983, p. 19.

11 Fernand Lefebvre, qui quittera le parti en 1958 suite à la déposition d’une liste dissidente à Mons, est entré dans les annales de l’histoire littéraire belge comme le fervent défenseur du « réalisme socialiste » en Belgique. Il est à l’origine du lancement de l’édition belge des Lettres françaises. À propos de l’aventure de l’édition belge des Lettres françaises, l’on consultera : Aron (Paul), « Le serpent de mer - le surréalisme et la révolution en Belgique (1947-1950) », dans Cahiers Marxistes, n° 154, 1987, pp. 16-33 ; Devillez (Virginie), « La faucille ou le pinceau ? Les artistes belges face au réalisme socialiste », dans Aron (Paul), Matonti (Frédérique) & Sapiro (Gisèle), éd., Sociétés et Représentations. Le Réalisme socialiste en France, 2002, n° 15, pp. 345-361 ; Verstraete-Hansen, Littérature et engagements en Belgique francophone. Tendances littéraires progressistes 1945-1972, Bruxelles, Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n° 8, 2006, et L’Estaminet, n° 6, Cobra et les Lettres françaises. L’affaire du Réalisme socialiste à Bruxelles 1949-1950, 1995.

12 Verdès-Leroux (Jeannine), Au Service du parti [...], op. cit., p. 19.

13 Demany est auteur du récit Mourir debout : souvenirs du maquis, paru à Schaerbeek en 1945 (Éditions Germinal). Il est rejeté du parti en 1950, expérience dont il témoigne en 1951 dans Si c’était à refaire (Bruxelles, Est-Ouest).

14 Christian Dotremont appartient à la dernière génération de surréalistes à appuyer le parti. Les surréalistes autour de René Magritte et Paul Nougé quittent le parti en novembre 1947, après la première conférence nationale des artistes communistes à Anvers (Magritte donne un article dans la rubrique culturelle du journal, en octobre 1945, au sujet de James Ensor). Les « surréalistes révolutionnaires » autour de Dotremont, par contre, continuent jusqu’en 1949 à croire en la possibilité d’une symbiose entre révolution politique incarnée par le parti et révolution esthétique. Voir Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le Cri/ciEL-ULB-ULG, 2009, pp. 269-277.

15 Georgette Smolski entre au journal par le biais de Joye, dont elle a été courrière lors de l’Occupation. Elle signe ses articles de plusieurs pseudonymes (Anne Vincent, Claire Perin, Carine Dahl). Elle quitte la rédaction du Drapeau Rouge en 1948, quand elle épouse un Hongrois et part pour la Hongrie. Voir Smolski (Georgette), « Quelques faits ponctuels au Drapeau Rouge 1945-1948 et leur relecture en 2005 », dans Gotovitch (José) & Morelli (Anne), Presse communiste, presse radicale (1919-2000). Passé/ Présent/ Avenir, Bruxelles, Les Éditions Aden, 2007, pp. 305-316.

16 Charles Louis Paron est un écrivain d’origine ouvrière dont plusieurs romans et recueils de nouvelles ont paru chez Gallimard (entre autres Zdravko le cheval en 1944 et Cette Terre ! en 1954). Paron a été membre de la jeunesse communiste avant la guerre et travaille à la librairie du parti. Scheinert est un immigré polonais d’origine juive, qui, comme Paron, jouit déjà d’une certaine légitimité littéraire. Deux de ses romans ont paru à cette époque à Paris, chez Corrêa (L’Apprentissage inutile, en 1948) et chez Minuit (Le Coup d’Etat, en 1950). Il est aussi l’auteur de plusieurs recueils de poésie et de nouvelles, parus à Bruxelles (La Figue sur l’ulcère aux Éditions Marginales en 1949, Bien que la Terre soit ronde au Thyrse en 1950).

17 Ita Gassel publie en 1952 le poème politique Corée pour tous à Bruxelles (Éditions Ulenspiegel) et en 1959 le roman Alphonsine, auprès d’une maison d’édition communiste parisienne, Les Éditeurs Français Réunis.

18 André Glaude (dont nous n’avons pas retrouvé les dates de naissance et de décès dans les archives du parti) avait publié avant son adhésion au parti en 1942 deux recueils de poèmes, Les Nuits fertiles et L’Envoûtement du songe (Bruxelles/Namur, La Cité Moderne, 1937 et 1939). Glaude publie en 1947 un recueil de nouvelles, Brigades spéciales (s.l., l’Arc-en-ciel de Wallonie) relatant des épisodes de la résistance. Il est aussi l’auteur d’un roman paru en 1954 en feuilleton dans le Drapeau Rouge au sujet de l’invasion allemande de 1940, intitulé Le Verger de Temploux.

19 Ceux-ci sont présentés comme des membres du cercle Ulenspiegel dans les articles de Beerblock-Libert, mais aucun dossier à leur sujet n’a été conservé dans les archives du parti. Claude Noël est par ailleurs l’auteur du Roman du chasseur ardennais, qui paraît en 1946 en feuilleton dans une revue dirigée par André Glaude, L’Arc-en-ciel de Wallonie. Lucette Galtier est, quant à elle, auteur de 12 mois suffisent, sketches édités en 1952 par le groupe Ulenspiegel. À côté de ces quatre noms, on peut encore mentionner ceux de « Pierre Fel » et de « A. Robin », qui ne se rencontrent que sous quelques articles du Drapeau Rouge, mais sous un nombre plus élevés d’articles du Drapeau Rouge Dimanche.

20 Secrétaire national du Front de l’Indépendance pour la Flandre, Aloïs Gerlo est membre du Comité central du parti jusqu’en 1956. Il poursuit parallèlement une carrière académique en tant que philologue classique.

21 Pour une analyse de la vision de Gerlo sur Marnix, voir van Nuijs (Laurence), « Marnix, le révolutionnaire. Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde dans le discours communiste de la Guerre froide », dans Dozo (Björn-Olav) & Preyat (Fabrice), dir., Textyles, n° 36-37, La bande dessinée contemporaine, 2010, p. 235-250.

22 Paul Meyer réalisera une des pièces du dramaturge qu’il commente en 1952 dans le journal avec son Théâtre du Nouveau-Réalisme. Voir Manii (Zahra), « Le théâtre de Paul Meyer », dans Textyles, hors-série, Leurs Occupations. L’impact de la Seconde Guerre mondiale sur la littérature en Belgique, 1997, pp. 197-208.

23 Voir Denis (Benoît) & Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n° 211, pp. 143-208.

24 Les citations du Drapeau Rouge seront désormais référencées dans le corps du texte par mention de « dr », suivi de la signature de l’article (souvent remplacée par « anonyme » dans le cas des articles non signés), de la date et de la page du journal.

25 On sait que Plisnier avait été communiste, avant de passer au pob, puis d’afficher ses options chrétiennes. Voir Aron (Paul) (dir.), Charles Plisnier, entre l’Evangile et la Révolution, Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1988.

26 On consultera à ce sujet la deuxième partie, consacrée à la critique littéraire de L’Humanité, de Bernard (Jean-Pierre A.), Le Parti communiste et la question littéraire. 1921-1939, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1972.

27 Nous ne détaillerons pas ici la querelle opposant Fernand Lefebvre et David Scheinert au cours des années cinquante au sujet de Louis Aragon. À ce sujet, l’on consultera avec profit la thèse de Lisbeth Verstraete-Hansen, op. cit., pp. 133-173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence van Nuijs, « La critique littéraire du Drapeau Rouge, de la Libération à la Guerre froide », Textyles, 39 | 2010, 85-100.

Référence électronique

Laurence van Nuijs, « La critique littéraire du Drapeau Rouge, de la Libération à la Guerre froide », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/103 ; DOI : 10.4000/textyles.103

Haut de page

Auteur

Laurence van Nuijs

Katholieke Universiteit Leuven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org