Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Mockel (Albert) - Vielé-Griffin (Francis), Correspondance 1890-1937

Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 2002
Paul Aron
p. 126
Référence(s) :

Mockel (Albert) - Vielé-Griffin (Francis), Correspondance 1890-1937. Textes établis et annotés par Victor Martin-Schmets. Introduction de Henry de Paysac. Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 2002, 420 p.

Texte intégral

1Les lettres de Vielé-Griffin à Mockel sont conservées à la Princeton University Library et aux Archives et Musée de la littérature à Bruxelles. Celles d’Albert Mockel figurent dans les archives de Vielé-Griffin conservées par Henry de Paysac. Leur correspondance commence en 1890 ; elle se développe surtout au début du XXe siècle, avec le souhait des deux auteurs de reprendre la revue Antée, puis, après la guerre, le projet d’érection d’un monument d’hommage à Charles Van Lerberghe et l’élection de Viélé-Griffin à l’ARLLF au titre de membre étranger. Au total, 154 lettres sont ici l’objet d’une publication attentionnée. Des notes précises en facilitent la lecture.

2Pour l’histoire littéraire, si l’on s’en tient aux fait nouveaux qu’elle révèle, cette correspondance est d’un intérêt généralement anecdotique. Mais le détail des propos échangés se révèle souvent plein d’enseignements. Par la forme tout d’abord, tout en nuances et en délicatesses, qui témoigne des dispositions mondaines des deux écrivains et d’un ethos commun qui, littéralement, « fait date ». Les lettres montrent ensuite quelques-unes des stratégies par lesquelles le symbolisme a continué d’exercer son influence bien au-delà de la fin du XIXe siècle. Échanges de services et de commentaires, tentatives de diriger des organes littéraires, gestion des postes et culture d’un réseau d’amitiés : Mockel et Vielé-Griffin n’ont sans doute pas laissé une œuvre propre qui se soit imposée dans le champ littéraire, mais ils ont été des agents inlassables de la propagande symboliste. Que les « bons offices » de ces deux passeurs se réalisent dans une langue parfaitement maîtrisée ne gâte en rien le plaisir du lecteur indiscret qui se plonge dans ces missives que rien ne destinait à la publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Mockel (Albert) - Vielé-Griffin (Francis), Correspondance 1890-1937 », Textyles, 21 | 2002, 126.

Référence électronique

Paul Aron, « Mockel (Albert) - Vielé-Griffin (Francis), Correspondance 1890-1937 », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1029

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org