Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster au Groupov

Maurice Maeterlinck. Correspondance, n° 6

Caceres, Centro de Estudios sobre la Belgica Francofona ; Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, 2000
Laurence Ghigny
p. 125-126
Référence(s) :

Maurice Maeterlinck. Caceres, Centro de Estudios sobre la Belgica Francofona ; Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, 2000, 163 p., ill. (= Correspondance, n° 6, novembre 2000).

Texte intégral

1Le numéro 6 de la revue Correspondance rassemble treize articles consacrés à Maurice Maeterlinck, la traduction en espagnol de trois des Quinze Chansons (par Javier del Prado), et comme toujours, une abondante et belle iconographie (ainsi est reproduite en partie l’édition viennoise de Serres chaudes, illustrée en 1922 par Charles Doudelet). La Belgique et l’Espagne, mais aussi la France, l’Allemagne et l’Italie se trouvent réunies dans cette entreprise, qui témoigne bien sûr du rayonnement de Maeterlinck au-delà de son pays natal.

2La présentation de l’artiste par Christian Angelet est suivie d’une étude du symbolisme maeterlinckien, par Nancy Delay, qui s’articule en particulier à une réflexion sur le silence et sur le corps (les yeux, la chevelure) afin de dégager les ambivalences et les subtilités du système de Maeterlinck. Carmen Pérez Romero a analysé l’influence de Poe sur Maeterlinck à travers quelques motifs (l’eau et la mort, le dédoublement, la violence) et par l’étude stylistique comparée du Corbeau et de La Princesse Maleine. Jean de Palacio a cerné, ensuite, « la figure du vieux roi », comme symbole de décadence : déficit de vision, déficit de parole, déficit de volonté enfin.

3Ramiro Martín Hernández a éclairé sa lecture de La Princesse Maleine, L’Intruse et Les Aveugles de quelques réflexions sur la théorie dramatique de Maeterlinck, envisageant le théâtre comme « le temple du rêve », un art statique qui dégage le tragique du quotidien. L’article d’Arturo Delgado, qui suit immédiatement, prolonge la réflexion sur le sentiment de la mort et l’indétermination qui enveloppe les personnages de Maeterlinck, au point que le véritable protagoniste des drames en devient le langage même, en passe de devenir musical.

4Lidia Anoll s’est comme adressée directement à Maeterlinck, dans les pages qu’elle écrit sur « l’autre côté de la grande porte », en filant une méditation sur l’au-delà. Javier del Prado a lu l’œuvre de Maeterlinck depuis la pensée du désastre qui la fonde et observé comme le réel, dès lors, s’y enchante cependant. Après l’étude d’une pièce peu connue, Le Miracle de saint Antoine, par Estrella de la Torre Giménez, se prolonge dans l’article d’Alain Verjat cette réflexion sur les menus trésors réservés par un monde pourtant désolé. Poursuivant ses travaux sur le photographique, Charles Grivel a longuement commenté la réponse proposée par Maeterlinck à une enquête de Camera Work : autour de l’idée d’image antérieure, enfantine, que la photographie fait comme remonter du fond du puits.

5Le numéro se clôt sur les vers inspirés à Luis Alberto de Cuenca par la lecture d’Ariane et Barbe-Bleue, dans la traduction de María Martínez Sierra, et le bilan, dressé par Ricardo Senabre, de la place de Maeterlinck en Espagne. L’ensemble, où surgissent connaissances nouvelles et lectures nouvelles, fait varier l’image de Maeterlinck et peut nourrir de façon durable une réflexion quant aux entrelacs de la métaphysique et de l’esthétique au tournant du XIXe et du XXe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Ghigny, « Maurice Maeterlinck. Correspondance, n° 6 », Textyles, 21 | 2002, 125-126.

Référence électronique

Laurence Ghigny, « Maurice Maeterlinck. Correspondance, n° 6 », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1027

Haut de page

Auteur

Laurence Ghigny

Université Janus Pannonius - Pécs

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org