Navigation – Plan du site

Introduction

L’analyse institutionnelle de la littérature en Belgique francophone : où en est-on ?
Jean-Marie Klinkenberg
p. 7-11

Texte intégral

1L’originalité de ce numéro de Textyles est qu’il ne porte ni sur un écrivain, ni sur un genre littéraire, ni sur un corpus historiquement défini, mais sur un concept — celui d’institution — et sur une méthode : l’analyse institutionnelle.

  • 1 Escarpit (R.), dir., Le Littéraire et le social. Éléments pour une sociologie de la littérature. Pa (...)
  • 2 Abastado (Cl.), Mythes et rituels de l’écriture. Bruxelles, Complexe, 1979.

2Considérer la littérature comme une institution, c’est l’appréhender dans ses usages, et l’affirmer comme tributaire d’une insertion historique et sociale. Ce concept introduit dès lors une certaine forme d’ascèse dans les études littéraires, comme le notait déjà, en 1970, un Robert Escarpit qui ne pouvait encore utiliser le terme1. Il arrache en effet la littérature à la pureté idéale que s’attribue cette dernière, et brise avec le mythe qui la présente comme une activité gratuite et désincarnée. Ce mythe, bien étudié par Claude Abastado2, est lui-même une construction de l’institution littéraire du xixe siècle, construction qui visait à répondre aux questions que posaient alors les écrivains : quel rôle leur incombe en face d’« un pouvoir sans grandeur et d’une foule sans visage » ? À ces questions le mythe répond en élaborant l’image du Poète, image qui rétablit la suprématie d’un individu sur les autres en faisant de sa pratique la marque d’une nature d’élite. Ce mythe est d’ailleurs toujours bien prégnant de nos jours : la littérature reste pour beaucoup une haute solitude, où l’écrivain, mage inspiré que la société a le devoir d’écouter, n’a de compte à rendre qu’à sa conscience et à son inspiration, laquelle débouche sur « l’œuvre ».

3À cette vision idéaliste, l’étude institutionnelle substitue une conception plus objectivante : la littérature est une pratique sociale parmi d’autres. Mais il ne s’agit pas pour elle de tomber dans la sociologie vulgaire du reflet, ni dans une sorte d’économisme qui verrait dans les textes des produits dont la seule dynamique proviendrait des processus de production, de circulation et de consommation. Il s’agit au contraire de faire voir qu’entre les textes et les positions tenues par leurs auteurs, il n’y a pas de relations causales simples, mais un ensemble complexe de mécanismes précisément mis en œuvre par l’institution, interface largement autonome.

4Le concept d’institution se révèle particulièrement fécond quand on l’applique aux littératures vivant à la périphérie d’un domaine solidement constitué. Ce qui est évidemment le cas de la littérature belge. Le problème récurrent qui n’a cessé de se poser à propos de cette dernière — problème dont plus d’un article ici présenté se fait l’écho (comme celui de Reine Meylaerts, dans « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres ») —, c’est en effet celui de sa définition. Et dans cet effort de définition, on a surtout mobilisé des critères qui ne pouvaient déboucher que sur des positions fantasmatiques : il en va ainsi de la langue et de la culture.

  • 3 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », Lettres de Belgique (...)
  • 4 Cf. Hanse (J.), « Langue littéraire et appartenance nationale », Actes du IVe Congrès de l’Associat (...)
  • 5 Cf. Trekker (A.-M.) et Vander Straeten (J.-P.), Cent auteurs. Bruxelles, Éd. de la Francité, 1982.

5Dans la foulée de la pensée romantique, on a en effet souvent vu dans la langue le seul critère susceptible de délimiter une littérature, puisque c’était lui qui permettait de définir une collectivité, support nécessaire de cette littérature. Singulièrement mobilisé durant l’entre-deux-guerres, à une époque où c’en est désormais fini de la synthèse belge rêvée par la bourgeoisie du xixe siècle, ce critère a été théorisé sur plusieurs modes — depuis le discours manifestaire3 jusqu’à celui de la science4 — et a repris du service à plusieurs reprises au cours des dernières décennies5. Ce discours mobilise généralement une conception monolithique de la langue : on occulte le fait que cette dernière est constituée d’une somme de variétés dont l’homogénéité est un effet de discours. Une définition de la littérature fondée sur la seule langue occulte dès lors décidément l’hétérogénéité constitutive de l’un et de l’autre. Un deuxième critère avancé pour définir une littérature est celui de l’identité ou de la « civilisation ». Outre que ce critère n’apparait pas a priori comme plus important que celui qui sépare des composantes différentes de systèmes littéraires réputés homogènes, comme les écoles ou les coupes chronologiques, il débouche sur une série de questions cruciales : quels sont les contenus dont on investit cette civilisation ? et dans quelle mesure sont-ils déterminants pour fonder une littérature ? La porte est ici ouverte aux discours idéologiques de toutes sortes. Discours qui sont ici interrogés à maintes reprises.

6Aux perspectives essentialistes, il s’agit donc d’opposer une conception plus interne, où la littérature est conçue comme un système. Dans cette perspective, une littérature est un ensemble régulé par une série de codes, et où joue l’intertextualité. C’est-à-dire que d’un côté le système surdétermine la production des textes (écriture), et que de l’autre il surdétermine la réception de ces textes (lecture). Et cette surdétermination peut être longitudinale ou latérale. Dans le premier cas, on vise l’influence que l’ensemble exerce sur ses parties le long de l’axe chronologique, et donc la manière dont le système se constitue au fil du temps ; dans le second, on se réfère à l’influence que l’ensemble exerce sur ses parties à un moment donné de son existence. Plusieurs des articles du présent ensemble sont partiellement habités par cette perspective systémique.

  • 6 Vaste recherche déjà menée sur des points particuliers par Aron (P.), Les Écrivains belges et le so (...)

7Pour que cet ensemble régulé et surdéterminant ait une existence et une prégnance suffisantes — et la question de cette consistance a été posée à maintes reprises, concernant les littératures de Belgique —, une série de conditions doivent être rassemblées, que l’on peut idéalement ramener à six et qui se combinent de différentes manières. (1) Il faut un lectorat ayant atteint une masse critique, un tissu social lettré susceptible de s’investir en groupe dans l’activité littéraire soit comme producteur soit comme consommateur. Ainsi, si l’on prend l’exemple de la Belgique d’avant 1880, on voit que la difficulté qu’il y a à reconnaitre une production indépendante est partiellement liée à l’absence de public. (2) Ce public doit accepter de se voir dans une relative homogénéité ; autrement dit, doit partager un ensemble suffisamment consistant de normes et de valeurs idéologiques et esthétiques. (3) La masse de textes doit aussi avoir atteint un seuil critique : pas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps, un texte isolé ne fait une littérature. (4) Avec la quatrième condition, on entre un peu plus encore dans le qualitatif. Les textes s’inscrivant dans la littérature doivent présenter une homogénéité repérable. Autrement dit, elle doit pouvoir faire l’objet d’une lecture telle que ses différences spécifiques avec d’autres masses apparaisse. Homogénéité mythique, bien sûr, puisqu’elle n’est, comme celle de la langue, qu’un effet de discours. (5) Dans ce stock de textes, certains doivent pouvoir être désignés comme « œuvre(s) fondatrice(s) ». L’existence de ces œuvres fondatrices constitue elle aussi un effet de discours, puisqu’on les situe à l’origine de la masse critique. C’est dire que la surdétermination de l’écriture et de la lecture jouent ici à plein. (6) Les textes constituant la masse critique doivent apparaître comme légitimes. (7) Le couronnement du processus est l’institutionnalisation proprement dite : appareils de légitimation et de célébration. L’important est que ces institutions permettent une relecture de la dynamique — historique et synchronique — du système.

8Revenons à la littérature de Belgique à la lumière de ces considérations. La pertinence principale d’un interrogation sur elle, ce n’est pas dans les textes qu’on pourra la trouver, mais dans l’étude des facteurs constitutifs qui viennent d’être énumérés, et dont plusieurs seront abondamment examinés au long des pages qui suivent. L’important est ici de souligner que, s’agissant de la littérature belge, ces conditions n’ont été, à certaines époques, que faiblement satisfaites, ou pauvrement réunies. D’où le particulier intérêt de la démarche institutionnelle dans son cas : il y a, dans l’appréhension de l’objet « littérature belge », des enjeux qui n’animent pas ou plus le champ littéraire français. La tension, parfois à la limite du polémique, qui se lit dans certains des travaux ici rassemblés témoigne de ces enjeux.

9On ne sera pas étonné de trouver, dans les articles ici rassemblés, une forte proportion de travaux à perspective historique, au point que ce numéro aurait peut-être pu être intitulé Problèmes et méthodes de l’historiographie littéraire en Belgique francophone. Pourtant, la chose n’était pas fatale. (On se plait d’ailleurs à rêver à un autre numéro de Textyles relayant celui-ci, numéro qui porterait sur les aspects contemporains de la vie institutionnelle de la littérature belge. Évidemment, une telle entreprise ne serait pas sans risques : ceux qui guettent tout historien de l’immédiat. Dans notre cas, étant donné l’exigüité du champ, le principal serait que la description courrait souvent le risque d’être menée selon le point de vue des seuls acteurs... Fermons cette parenthèse). Pourquoi cette prééminence de l’histoire ? C’est que, traditionnellement, les questions qui nécessitaient une réponse de nature institutionnelle l’ont d’abord été dans un cadre historique, mais souvent dans une perspective finaliste. Et c’est pour répondre à ces questions historiques — y a-t-il une essence de la littérature belge ? comment le concept même de la littérature belge est-il né ? — que les premiers travaux de cette nature ont vu le jour.

10Comme quoi cette recherche ne constitue pas une rupture totale avec les préoccupations antérieures. Simplement, elle s’appuie sur le fait qu’il n’y a pas de connaissance sérieuse d’une institution spécifique sans connaissance de la structure sociale qui en est le support ; elle se donne des moyens nouveaux, techniquement plus adéquats que ceux de l’histoire événementielle ; elle tend à faire de l’histoire de la littérature un fragment de l’histoire sociale, et vise à faire de l’histoire tout court ce qu’elle doit être : un récit explicatif. On est loin de cette idée selon laquelle les faits littéraires sont des faits bruts qui recèlent en eux-mêmes leur propre signification. De cette maturité qui consiste pour une science à élaborer son objet, l’ensemble ici constitué rend bien compte.

11Au-delà de ce commun tropisme vers l’histoire, ce qui frappera d’emblée le lecteur, c’est la diversité des travaux ici rassemblés. Cette diversité ne doit pas l’empêcher de pointer certaines lacunes, partielles ou criantes, de ce numéro déjà replet.

12Les lacunes partielles ne sont en rien dommageables. Au contraire : on ne les perçoit que lorsque des travaux bien élaborés semblent appeler des compléments, des prolongements, des comparaisons, toutes choses qui témoignent de leur intérêt. Ainsi, l’éditeur du numéro aurait aimé pouvoir offrir au lecteur davantage d’études sur le fonctionnement des réseaux : académies — objet des études de Paul Aron, « Questions académiques », et de Christian Berg, « Hommes de lettres au xixe siècle » —, groupements conjoncturels, comme celui que Michel Biron décrit dans « Littérature et banquet » — qui a donné à la rédaction de Textyles l’idée du carnet d’illustrations du numéro —, mais aussi écoles, revues, lieux... : on attend en tout cas toujours une enquête sur le rôle joué par le Théâtre-Poème dans les années 70. Plus de recherches sur le rôle de l’aide aux lettres (dont Marianne Michaux décrit « Le premier système » pour les années 1850-1880), ou sur celui des médias et de la critique (ici envisagé par Paul Dirkx dans « La France en zig-zag »). Plus de contributions aussi sur le rôle de l’enseignement, surtout parce que la perspective institutionnelle est à peu près la seule qui justifie en droit l’enseignement de la littérature belge (la démonstration en est ici administrée par des « Réflexions didactiques sur la littérature francophone de Belgique » de Jean-Maurice Rosier, qui rejoint par là la position que je défendais déjà en 1983) : des études comme celles de Jean-Louis Dufays (« Les manuels scolaires du xxe siècle »). On aurait aussi aimé en savoir plus sur le rôle de la littérature dans les affrontements culturels, idéologiques ou politiques (problématique qui est abordée par Fabrice Schurmans dans « Les débuts du Nouveau Journal sous l’occupation »), et surtout sur les trajectoires d’écrivains, comme celles que Sophie Piron envisage dans son examen de « La polygraphie chez les écrivains belges au début du xxe siècle » ou celle que Sophie Karlshausen (« Le génie littéraire n’est pas stratégique ») soumet à un examen minutieux. L’écrivain belge est en effet amené à déployer des stratégies spécifiques, pour des raisons structurelles — la constitution particulière du système littéraire belge —, mais en retour l’examen desdites stratégies illustre l’inconscient de ces pratiques, c’est-à-dire le système lui-même. À cet égard l’examen des filières et des carrières — passage par une série de positions à l’intérieur d’un réseau plus ou moins diversifié —, en ce qu’il mobilise celui des discours et des représentations, présente un intérêt capital.

  • 7 Celles-ci sont amorcées dans Gauvin (L.) et Klinkenberg (J.-M.), dir., Trajectoires. Littérature et (...)

13Du côté des lacunes plus criantes, on aurait aimé disposer d’études sur la réception des lettres belges à l’étranger, sur les stratégies polyglossiques (étudiées par Rainier Grutman), sur la représentation de l’institution dans la littérature, ou sur la stratification sociologique des écrivains 6, ou encore d’études comparatives (notamment avec le Québec7). Lacunes aussi peut-être quant au mode de travail : un travail posant la question des rapport de la culture à l’État, à ses appareils, aux rapports de classe qui s’y développent, aux modes de reproduction idéologique qui y ont cours ne peut de toute évidence qu’être collectif et interdisciplinaire. Mais ce stade-là n’a pas encore été atteint, lui, par nos chercheurs.

14La diversité soulignée aura pour effet de fournir une image plurielle du phénomène de la littérature belge, ainsi qu’un témoignage du dynamisme de la méthode institutionnelle en la matière. Sans doute est-elle aussi le signe que le temps des nuances est arrivé, et que la première phase de la réflexion — celle où l’on se contentait de poser des jalons — est maintenant révolue.

  • 8 Dans Écritures 74, 1974, pp. 15-21.
  • 9 Klinkenberg (J.-M.), « Nouveaux regards sur le concept de “Littérature belge”. À propos de Sto let (...)
  • 10 Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie (...)
  • 11 Piron (M.), « Le problème des littératures françaises marginales », dans Barllf, t. xlvi, 1968, n°4
  • 12 Winkin (Yves), L’Or et le plomb, ou l’édition belge d’expression française. Contribution à la socio (...)
  • 13 Condé (M.), Popovic (P.), Remacle (M.-P.), L’Édition du livre dans la communauté française de Belgi (...)
  • 14 Durand (P.) et Winkin (Y.), Marché éditorial et démarches d’écrivains. Un état des lieux et des for (...)

15À l’heure où commence à se réaliser le programme que j’esquissais en 1984, en plaidant « Pour une étude de l’institution littéraire en Belgique francophone »8, on peut en effet à présent corriger les schémas historiques et explicatifs que je fournissais il y une trentaine d’années9, et que je nuançais en 1981 dans un numéro spécial de revue — déjà — consacré à l’institution littéraire10, ou encore fournir des explications détaillées aux phénomènes que Maurice Piron, le premier à envisager l’ensemble des littératures francophones d’un point de vue synoptique et systémique, pointait la même année11. Les études historiques de Paul Aron (op.cit.) connaissent ainsi une riche descendance, comme aussi les travaux fondateurs sur l’édition de Winkin12, de Condé, Popovic et Remacle13, qui ont déjà débouché sur la riche synthèse de Durand et Winkin14, prolongé ici par un substantiel aperçu dû aux mêmes auteurs.

  • 15 Ce qu’a commencé à faire Grawez (D.), « Littérature et conceptions historiographiques en Belgique f (...)
  • 16 Émond (Paul), dir., Lettres françaises de Belgique. Mutations. Bruxelles, Archives et Musée de la l (...)
  • 17 Alphabet des Lettres belges de langue française. Bruxelles, Promotion des Lettres belges, 1982 ; «  (...)
  • 18 Frickx (R.) et Klinkenberg (J.-M.), La Littérature française de Belgique. Paris, Nathan - Bruxelles (...)
  • 19 Sojcher (J.), dir., La Belgique malgré tout [n° spécial de la Revue de l’Université de Bruxelles], (...)
  • 20 Klinkenberg (J.-M.), « Le discours identitaire: une réponse narcissique à la crise ? », dans Bawin (...)

16Un des paradoxes de l’analyse institutionnelle est qu’elle peut se prendre elle-même pour objet. Il faudra en tout cas s’interroger un jour sur la pertinence de ses méthodes15, et sur la raison qui fait que la préoccupation institutionnelle connait un premier aboutissement à la fin des années 70 et au début des années 80. Outre les travaux qui viennent d’être cités, d’autres, à l’époque, adoptent aussi résolument la perspective institutionnelle : c’est telle réflexion parue sous le titre de Mutations16, c’est un Alphabet des Lettres belges de langue français17, contenant les « Balises pour une histoire de nos lettres » de Marc Quaghebeur — essai historique qui vient d’être réédité dans la collection « Espace Nord » —, c’est tel manuel scolaire18. On pourra certes souligner le rôle de telle ou telle personnalité dans cette émergence. Mais ramener le tout à une somme d’actions individuelles serait à coup sûr retomber dans le travers de l’histoire anecdotique. Sur le plan local, on devra pointer le rôle qu’a pu jouer la fédéralisation du pays, indirectement certes, mais de manière sensible19, et, sur le plan mondial, envisager les mutations que la culture occidentale a accusées, sur fond de crise, ainsi que le questionnement sur les identités qui en est résulté20. Un soin tout particulier devra être mis à l’examen critique du mouvement de création, à cette époque, de nouvelles institutions, lesquelles ont multiplié les instruments de promotion et de recherche, et ont suscité la constitution d’une masse critique de travaux critiques : en effet l’actualité de l’analyse institutionnelle des pratiques littéraires est partiellement un effet même de ces pratiques.

  • 21 Dubois (J.), L’Institution de la littérature. Paris, Nathan ; Bruxelles, Labor, 1978.
  • 22 Pour Jacques. Bruxelles, Labor, coll. espace Nord, H.S., 1998.
  • 23 Le présent texte applique les rectifications de l’orthographe de 1990, avalisées par toutes les ins (...)

17Les hasards de la publication font que cette livraison de Textyles, depuis longtemps projetée, paraisse au moment où Jacques Dubois, professeur à l’Université de Liège, prenne sa retraite. Du coup, un numéro présentant le mot « institution » dans son titre ne pouvait apparaitre que comme un signe adressé à l’auteur de L’Institution de la littérature21. Conçu dans le fil de la pensée de Bourdieu, ce livre, devenu un classique des sciences humaines, a en effet puissamment contribué à bouleverser le cadre des études littéraires. (Rencontre emblématique : le numéro s’ouvre par un dialogue entre Pierre Bourdieu et Jacques Dubois). Mais ce n’est pas sur le seul terrain de la théorie que ce dernier a œuvré : il a aussi illustré l’institution de la littérature par l’action, par exemple en siégeant longuement à la commission des lettres de la Communauté française de Belgique, ou en animant la collection Espace Nord. Et tant à cause de cette pratique qu’à cause d’une élégance de pensée qui flirte avec l’art et avec l’ironie, la notion d’institution, volontiers fétichisée par certains, s’est d’emblée retrouvée comme mise à distance. Pour cela22, pour ces actions qui ont largement été communes, et aussi pour les complicités intellectuelles et autres qu’ont créées pour nous trente ans de convergences libres, je prends la liberté de dédier à Jacques Dubois la part qui me revient dans ce Textyles23.

Haut de page

Notes

1 Escarpit (R.), dir., Le Littéraire et le social. Éléments pour une sociologie de la littérature. Paris, Flammarion, coll. Sciences de l’homme, 1970.

2 Abastado (Cl.), Mythes et rituels de l’écriture. Bruxelles, Complexe, 1979.

3 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », Lettres de Belgique. En Hommage à Robert Frickx. Köln, Janus Verlaggesellschaft, 1992, pp. 98-124.

4 Cf. Hanse (J.), « Langue littéraire et appartenance nationale », Actes du IVe Congrès de l’Association internationale de littérature comparée, 1965.

5 Cf. Trekker (A.-M.) et Vander Straeten (J.-P.), Cent auteurs. Bruxelles, Éd. de la Francité, 1982.

6 Vaste recherche déjà menée sur des points particuliers par Aron (P.), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913). Bruxelles, Labor, 1985, 278 p. ; ou esquissée par De Decker (J.), « Petite sociologie des écrivains français de Belgique », Dossiers du Cacef, n°69, sept. 1979, pp. 4-16 ; et Andrianne (R.), « Écriture et politique en Belgique », Dossiers du Cacef, n°84, fév. 1981, pp. 3-16 ; Id., Écrire en Belgique. Essai sur les conditions de l’écriture en Belgique francophone. Bruxelles, Labor, 1981.

7 Celles-ci sont amorcées dans Gauvin (L.) et Klinkenberg (J.-M.), dir., Trajectoires. Littérature et institutions au Québec et en Belgique francophone. Bruxelles, Labor, Presses de l’Université de Montréal, 1985, 272 p. ; et dans Id., Écrivain cherche lecteur. L’écrivain francophone et ses publics. Actes des Rencontres de Royaumont (1990). Paris, Créaphis, coll. Rencontres à Royaumont - Montréal, VLB éditeur, 1991.

8 Dans Écritures 74, 1974, pp. 15-21.

9 Klinkenberg (J.-M.), « Nouveaux regards sur le concept de “Littérature belge”. À propos de Sto let bel’gijskoj literatur’i par L.-G. Andreev », dans Marche romane, t. xviii, 1968, pp. 120-132 ; inspiré par Andréev (Léonide Grigoriévitch), Sto let bel’gijskoj literatur’i, [Cent ans de littérature belge], Moscou, Moskovskogo Universiteta, 1967.

10 Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », dans Littérature, n°44 (L’institution littéraire, II), 1981, pp. 33-50.

11 Piron (M.), « Le problème des littératures françaises marginales », dans Barllf, t. xlvi, 1968, n°4.

12 Winkin (Yves), L’Or et le plomb, ou l’édition belge d’expression française. Contribution à la sociologie des modes de production des biens symboliques. Mémoire inédit, Université de Liège, 1976.

13 Condé (M.), Popovic (P.), Remacle (M.-P.), L’Édition du livre dans la communauté française de Belgique. Université de Liège, Commission Art et Société, 1980.

14 Durand (P.) et Winkin (Y.), Marché éditorial et démarches d’écrivains. Un état des lieux et des forces de l’édition littéraire en Communauté française de Belgique. Bruxelles, Direction Générale de la Culture et de la Communication, Communauté française de Belgique et Celic, 1996.

15 Ce qu’a commencé à faire Grawez (D.), « Littérature et conceptions historiographiques en Belgique francophone », dans Textyles, n°13, 1996, pp. 111-135.

16 Émond (Paul), dir., Lettres françaises de Belgique. Mutations. Bruxelles, Archives et Musée de la littérature - Éditions universitaires, 1980.

17 Alphabet des Lettres belges de langue française. Bruxelles, Promotion des Lettres belges, 1982 ; « Balises pour l’histoire de nos lettres », pp. 11-202 [rééd. : Bruxelles, Labor, Coll. Espace Nord, 1998, n°150].

18 Frickx (R.) et Klinkenberg (J.-M.), La Littérature française de Belgique. Paris, Nathan - Bruxelles, Labor, coll. Littérature et Langages, 1980.

19 Sojcher (J.), dir., La Belgique malgré tout [n° spécial de la Revue de l’Université de Bruxelles], 1980, n°1-4 ; Id., Toujours grande et belle. Bruxelles, Complexe, 1998.

20 Klinkenberg (J.-M.), « Le discours identitaire: une réponse narcissique à la crise ? », dans Bawin (B.), Pichault (F.), Voisin (M.), dir., La Crise dans tous ses états. Actes du colloque de l’Association des sociologues belges de langue française, 1984, Faculté de Droit, d’économie et de sciences sociales de l’Université de Liège. Louvain-la-Neuve, Ciaco, 1985, pp. 185-194.

21 Dubois (J.), L’Institution de la littérature. Paris, Nathan ; Bruxelles, Labor, 1978.

22 Pour Jacques. Bruxelles, Labor, coll. espace Nord, H.S., 1998.

23 Le présent texte applique les rectifications de l’orthographe de 1990, avalisées par toutes les instances francophones compétentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Klinkenberg, « Introduction », Textyles, 15 | 1999, 7-11.

Référence électronique

Jean-Marie Klinkenberg, « Introduction », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1021

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org