Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Henri Moke à Barbara

Thiry (Lise), Marcopolette. Mémoires (1921-1977)

Bruxelles, Les Éperonniers, coll. Sciences pour l’homme, 1999, 542+XVI p., index, photos NB.
Pierre Halen
p. 150-152
Référence(s) :

Thiry (Lise), Marcopolette. Mémoires (1921-1977). Bruxelles, Les Éperonniers, coll. Sciences pour l’homme, 1999, 542+XVI p., index, photos NB.

Texte intégral

1Le fort volume que composent ces Mémoires aurait été plus abondant encore si l’auteur ne s’était délibérément arrêté à l’année 1977, celle de la mort de son père, l’écrivain Marcel Thiry. La suite de sa vie bien remplie, et notamment ce qui concerne son engagement dans le monde politique, n’est donc guère mentionnée ici que par la quatrième de couverture, rédigée sous la forme d’un dialogue par Carmelo Virone. Le titre de Marcopolette reprend une adresse familière, tirée de la correspondance envoyée par Marcel Thiry à sa fille en voyage au bout du monde ; outre qu’il annonce un certain ton narratif, il confirme ce que disent les dates retenues, à savoir que la perspective du récit s’ouvrira largement à l’évocation de deux vies plutôt que d’une seule.

2Un tel choix, on s’en doute, trouve sa justification dans une raison sentimentale : la complicité du poète avec sa fille virologue émaille ces pages, lumineuse, célébrant aussi la rencontre de la poésie et de la science. Cette rencontre, Lise Thiry l’avait déjà commentée dans « La science apprivoisée par la bohémienne aux pieds nus » (Textyles, n°7, 1990, pp.59-72) ; entre autres anecdotes, on retiendra à cet égard que l’une des sources de cette curiosité thiryenne pour les hypothèses scientifiques est surement à trouver dans les volumes de vulgarisation qu’imprimait son ami Georges Thone (p. 77). À un niveau plus profond, on retiendra aussi les réflexions que donne Lise Thiry à propos de l’« erreur féconde », dans la recherche scientifique aussi, erreur qui, appuyée sur le thème plus général de la faute, a connu maints développements chez l’écrivain.

3Cela dit, le choix en faveur de cette sorte de double biographie est un choix généreux : scientifique de stature internationale, le Docteur Thiry aurait sans doute pu tirer avantage de publier ses mémoires seulement, et en anglais, dans quelque maison spécialisée à l’étranger, comme le font ses collègues. Elle n’en n’a rien fait, préférant en même temps écrire, de son point de vue, les mémoires que son père, sans doute, n’eût jamais eu la prétention d’écrire lui-même ; c’est contre sa modestie, aussi sincère qu’injuste assurément, que cet hommage lui est ainsi rendu. L’ouvrage se termine d’ailleurs significativement par une longue citation d’une conférence de Marcel Thiry à propos d’Achille Chavée, où il est question de faire « l’éloge de l’insuccès » (p. 537). Ce n’est donc pas un hasard si, malgré tout ce qui apparemment sépare les deux poètes, Thiry s’intéresse à Chavée, dont on se rappelle peut-être certain aphorisme à propos du « verbe réussir » ; il y a là matière à réflexion pour ceux qui s’intéressent à ce que Paul Dirkx a appelé l’« autopériphérisation », encore que, chez Thiry du moins, la question recèle également des enjeux d’un autre ordre ; n’écrit-il pas à Vivier : « Je sais que ce n’est pas sage ; mais dans la vie pratique comme dans l’existence poétique j’aurai toujours fait (ou très souvent...) ce que je savais qu’il ne fallait pas faire » (p. 478) ?

4Un mot de l’autobiographie tout d’abord, dont le propos nous entraine loin des sujet habituels de Textyles : c’est celle, inachevée, d’un médecin et d’un savant (le mot est bien lourd pour cette « Marcopolette » curieuse de tout) dont les investigations dans le domaine de la virologie s’insèrent dans les réseaux mondiaux de la recherche, tels qu’ils se développèrent après la guerre. Récit qui n’a rien d’ennuyeux ni de surchargé pour le lecteur profane : même s’il rencontre l’un ou l’autre passage un peu plus spécialisé, il suit avec autant de plaisir que de facilité un récit vivant, attentif à l’humain, rythmé par l’évocation de questionnements successifs. Rien de la tour d’ivoire.

5Marcel Thiry, vu avec retenue, humour, sensibilité par sa fille, n’est bien sûr pas l’objet de la véritable biographie qu’on attend. Mais les aperçus sont nombreux et significatifs. Entre autres épisodes, on retiendra l’évocation du grand frère, Oscar Thiry, blessé à tout jamais lors de la première guerre mondiale ; celle des deux « ménages » concomitants, qui donneront lieu à deux mariages et à deux veuvages successifs ; celle de nombreuses amitiés qui ne furent pas que littéraires, dont celle d’André De Rache et de Georges Thone. Et d’autres personnages, par exemple Paul De Man, enfant (p. 44) et collaborateur (p. 165).

6Lise Thiry cite de nombreuses lettres envoyées ou reçues, où l’on retrouve, si on ne le connaissait pas encore, l’épistolier délicieux – je ne vois pas d’autre mot – que fut Marcel Thiry ; à l’occasion, la carte postale et la lettre font place à d’autres documents, dont de photographiques et d’autres... parlementaires (p. 477). Au passage, on croise les noms d’écrivains de la même génération ou à peu près : Marie Gevers, Robert Vivier, Alexis Curvers et Marie Delcourt, Jean Mogin et Lucienne Desnoues, et d’autres moins connus comme Georges Adam auquel on devrait s’intéresser un jour. Et les noms de quelques autres qui étaient alors de « jeunes » talents : Gaston Compère, Jean-Claude Pirotte, Georges Thinès (dont Lise Thiry brosse un saisissant portrait, p. 417). Forcément aussi, Marcel Thiry ayant été Secrétaire perpétuel, on évoque aussi, quoique de manière lointaine, les activités académiques (par exemple cet extrait de la correspondance, p. 528, à propos de l’élection de Félicien Marceau par l’Académie française). À noter également, cette discussion enflammée concernant la « retouche » de ses vers par le poète (p. 399) ; cette germanophilie thiryenne, qu’on ne soupçonnait peut-être pas si grande (pp. 165, 524) ; cette conscience du handicap que constitue l’hypercorrectisme pour « l’écrivain des marches » (p. 455)

7La belle réussite que constitue ce livre dans son ensemble, y compris un précieux index, n’empêche pas le lecteur soucieux de vétilles de réagir à certains détails, dont des renvois bibliographiques qui auraient pu être plus précis. Une bizarre maladie affecte ainsi les noms propres (Delbrück et Delbruck, p.280 ; Kints et Kinds, p.287 ; Lancin et Lancini, p.426 ; Greene et Green, p.451). Ce sont là, avec quelques autres, des coquilles qu’on redresse facilement. On redressera aussi, dans une missive de Compère, un mot illisible : le « Bestini (?) » de la p. 524 est sans doute le Bestiaire. Et le vers qui tient lieu d’argument à la nouvelle Simple alerte n’est pas « Et la neige immortelle envahit la saison », mais « les saisons » (p. 50). On complètera l’indication qui est donnée (p. 336), concernant le contexte dans lequel il faut situer les remerciements adressés à Thiry par Maurice Beerblok : ils concernent certainement l’édition d’Échec au temps aux éditions de la Nouvelle France en 1945 (p. 336). On se demande par ailleurs quel est ce Timide, dont il est question (p. 291), et qui semble un roman « alimentaire », peut-être publié sous pseudonyme, inconnu en tout cas des bibliographies publiées par Dominique Hallin-Bertin et ensuite Charles Bertin. La conférence sur Achille Chavée, dont Lise Thiry cite le « brouillon » retrouvé (p. 537), a été publiée sous le titre « Hommage à Chavée » par La Vie wallonne en 1970.

8Il ne s’agit pas ici de faire grief à l’auteur de ces petites imprécisions philologiques, qui sont davantage de la compétence de la critique professionnelle à laquelle l’éditeur, tout de même, aurait dû songer à faire appel : elles témoignent avant tout de l’insuffisance des travaux aujourd’hui disponibles sur Thiry et ses correspondants, principalement du banal point de vue de l’histoire littéraire. La biographie, annoncée, de Robert Poulet par Jean-Marie Delaunois pourrait permettre de dater avec plus de précision, par exemple, la querelle avec Georges Poulet (p. 121) au sujet du fascisme ; elle est ici datée de 1939, comme dans la biographie de Thiry par Charles Bertin (Académie, 1997, p.64), mais c’est là un repère trop vague dans une période où les évolutions furent aussi rapides que décisives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Thiry (Lise), Marcopolette. Mémoires (1921-1977) », Textyles, 20 | 2001, 150-152.

Référence électronique

Pierre Halen, « Thiry (Lise), Marcopolette. Mémoires (1921-1977) », Textyles [En ligne], 20 | 2001, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1001

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org